Le Mas Angel : un vignoble en multipropriété

Virginie Pingenot, responsable communication

Le Mas Angel : un vignoble en multipropriété

Financement pour tous ou financement par tous Financement participatif, financement solidaire, location, autofinancement… Voici des alternatives de plus en plus nombreuses au traditionnel emprunt bancaire. D'ailleurs, dans le cadre des plateformes liées au financement participatif, internet contribue très largement à l’explosion de ces nouvelles démarches. Néanmoins, tout engagement de financement engendrera toujours in fine des modalités de remboursement (intérêt et principal). C’est toujours grâce à l’économie positive engendrée par le projet de l’entreprise que ses dirigeants pourront convaincre leurs divers partenaires, traditionnels ou nouveaux. Découvrez, au fil de ce dossier, les nouvelles possibilités offertes ainsi que les repères indispensables pour se lancer dans l’aventure (Daniel CAUSSE, expert-comptable)

Carte d'identié

EARL Mas Angel 34480 Cabrerolles Gérant Ludovic Aventin Effectif 1 salarie à temps plein Activité Exploitant viticole en copropriété Pour en savoir plus faugeres-masangel.fr GFA Mas Angel 34480 Cabrerolles Gérant Ludovic Aventin Associés 128 amateurs de vin SAS Terra Hominis 34480 Cabrerolles Gérant Ludovic Aventin Activité Conseil Pour en savoir plus terrahominis.com

Le Mas Angel : un vignoble en multipropriété

Sa première expérience de chef d’entreprise

Situé dans le Parc régional du Haut Languedoc, le Mas Angel possède un terroir d’exception classé en appellation d’origine contrôlée Faugères. Mais il a une autre particularité : ses vignes âgées de 25 à 100 ans appartiennent à pas moins de 128 associés, qui reçoivent leurs dividendes en bouteilles ! Rencontre avec Ludovic Aventin, à la tête de cette exploitation et initiateur d’un modèle de financement peu commun. 

Sa première expérience de chef d’entreprise remonte à l’époque ou il est commercial et président d’un club d’œnologie sur Rouen. Passionne de vin, il souhaite acquérir une cave pour vendre et y déguster du vin. “J’avais besoin de fonds, j’ai fait le tour des banques mais aucune ne souhaitait me suivre”. Ludovic décide alors de solliciter les membres du club d’œnologie afin qu’ils prennent une part dans la société d’une valeur équivalente a une cotisation de membre du club. Il ouvre ainsi le capital avec une part à 150 € et ils sont 200 associes à le suivre.

“Le concept marchait bien, on a même dépasse le million d’euros de chiffre d’affaires, mais ce n’était pas suffisant. Avec certains associes, notre rêve était d’avoir nos propres vignes et de faire notre vin. Pour concrétiser ce rêve, il fallait trouver un endroit qui nous donne de l’émotion et construire un montage juridique et un plan de financement qui nous sécurisent”.

Le Mas Angel : un vignoble en multipropriété

Des valeurs et une philosophie partagées

Ludovic recherchait depuis 2 ans un lieu dans le sud de la France quand, en allant à Cabrerolles, une commune située a 25 km au nord de Béziers, il rencontre Angel Salvi. “Angel continuait d’exploiter les vignes en partie plantées par son père et c’est ce qui m’a plu. Apres avoir donne toute sa passion et son savoir-faire à sa terre, il souhaitait partir à la retraite”. Les deux hommes partagent les mêmes valeurs, une philosophie de production qualitative et respectueuse de l’environnement. Une fois le lieu trouve, il fallait le financer. “Mon projet, personne n’y croyait, les banquiers le trouvaient très intéressant mais avoir autant d’associes et investir dans un vignoble dans le Languedoc leur faisait peur”. Il s’obstine, s’entoure de conseil juridique et comptable pour finaliser le prévisionnel, et décide de se passer de financement bancaire en misant tout sur l’actionnariat.

Le Mas Angel : un vignoble en multipropriété

Financement et montage juridique simple et sécurisé

“Devenir associe du Mas Angel, c’est d’abord adhérer a une vision de la vigne et du vin qui créée des liens entre l’homme et le terroir. Chaque associe attend avant toute chose du plaisir”. Venir visiter ses vignes, déguster son propre vin, suivre son évolution mois par mois sur internet et faire la fête entre associes, voilà la philosophie du Mas Angel. Pour la déployer, il a fallu qu’il trouve une structure juridique qui compose dans ce sens. En 2009, Ludovic constitue donc un Groupement Foncier Agricole (GFA) avec 98 actionnaires. Aucun plafond maximum n’existe quant au nombre des associes. Tous ont pris une part d’une valeur de 1300 €. “Certains avaient les moyens de mettre plus mais ce n’était pas l’objectif”. Une autre structure est créée, l’EARL Mas Angel dont il est le gérant. Le GFA détient les terres et la vigne et un bail de fermage est donne à l’EARL afin de produire et de vendre le vin. La responsabilité financière et  juridique est donc reportée sur Ludovic. “En 2011, nous avons racheté 2 ha de vignes. Pour financer ce rachat, nous avons permis à de nouveaux actionnaires de rentrer dans le capital. Nous en avons profité pour revaloriser les parts, elles ont pris plus de 27 %. Aucun actionnaire n’a souhaité revendre ses parts”. Les dividendes versés chaque année a chaque actionnaire représentent 4,5 % du capital investi, et comme le souligne malicieusement Ludovic : “c’est plus que la banque !” Mais surtout, ces dividendes sont redistribues exclusivement en bouteilles, “ce qui garantit une démarche qualitative”. De même pour le loyer paye par l’EARL au GFA : il est acquitte en bouteilles, sur la base du prix de vente public. La trésorerie et les investissements sont à la charge de l’EARL, il ne peut donc juridiquement pas être demande un complément aux actionnaires pour subvenir à l’exploitation. Les charges fixes sont très limitées, Alexandre est le seul salarie à temps plein et une assistante travaille à mi-temps pour Terra Hominis. Tout est gère sur le principe de la mutualisation avec d’autres vignerons ou avec des sous-traitants. 18 000 bouteilles sont produites actuellement. “Via mon réseau et mes associes, les stocks ne sont jamais très importants. 95 % de la production est vendu à l’avance”. L’assemblée générale avec l’ensemble des actionnaires est un moment fort. Elle dure tout un week-end et Ludovic en fait un véritable évènement convivial (visites des vignes, des chais, mise en bouteille, soirée…), ce qui lui permet de donner un vrai sens à la relation qu’il construit avec les actionnaires. “Le bouche à oreille marche tellement bien que j’ai actuellement une liste d’attente de particuliers qui souhaitent devenir actionnaires”. 

Le Mas Angel : un vignoble en multipropriété

Demain, de nouveaux projets sur le même type de financement

Ce modelé de financement s’avère efficace et viable à condition qu’il y ait un investissement important du chef d’entreprise en temps avec beaucoup d’énergie et une alchimie autour d’un projet commun avec les actionnaires. “Tout actionnaire qui nous contacte doit être en phase avec notre leitmotiv : “si tu préfères l’argent aux hommes et au vin, passe ton chemin”. De nouveaux projets ont déjà vu le jour avec la même forme de financement, notamment la création du “domaine Montgros” avec plus de 130 associes tous rugbymen. “Il y a des vignerons, des agriculteurs qui ont du talent et les banques ne suivent pas sur tout, voire pas du tout”. “L’investissement accompagné.” C’est d’ailleurs la raison d’être de l’autre entreprise de Ludovic, “Terra Hominis” : informer, conseiller, aider les créateurs et les chefs d’entreprise a financer leur projet tout en donnant l’opportunité a des particuliers d’acquérir leur propre vignoble… et tout ça avec plaisir.

Source : Cerfrance - Gérer pour gagner - n° 37 - 2015 - 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier