Le ministère de l'Agriculture veut réglementer l'usage des phosphites

Christian Gloria - Réussir Vigne Novembre 2011

Feuillage de pomme de terre présentant des taches de mildiou. (C. Gloria)
Sur le mildiou comme celui de la pomme de terre, les phosphites ont une action fongicide.

L’usage des phosphites contre des maladies des plantes comme le mildiou se développe. Mais pas toujours avec des produits autorisés pour cela. Les autorités veulent sévir.

L es phosphites s’engouffrent dans la brèche. Connus pour leur action sur certaines maladies des plantes, ces produits sont utilisés comme alternatives aux fongicides classiques, notamment dans les situations où les solutions de traitement manquent cruellement. De plus, provenant d’importations, ils ne sont pas chers… Le seul hic, c’est que la grande majorité de ces produits ne sont pas autorisés en France.
Dans une note, le ministère de l’Agriculture a précisé cet été que les produits à base de phosphites destinés à une application sur des végétaux pour leurs propriétés fongicides étaient soumis à l’obligation d’autorisation de mise sur le marché (AMM) préalable pour être commercialisés et utilisés sur le territoire national.
“ Nous ne considérons pas que les phosphites sont des matières fertilisantes ”, précise François Hervieu, de la DGAL. Mais nous n’aurons pas d’objection ou nous ne ferons pas obstruction à inscrire ces produits comme engrais si la preuve de leur action fertilisante est apportée. “ Quelques produits classés parmi les phosphites ont obtenu une AMM comme spécialité phytosanitaire. Ils sont à base de fosétyl-al (surtout) et de phosphite de potassium.
“ Nous avons déposé un dossier d’homologation de notre phosphite de potassium car il y a une demande forte du marché pour ce type de produit. L’AMM a été obtenue en 2011 sur vigne et il est en phase de lancement commercial ”, précise François Rollin, De Sangosse.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier