Les exploitations viticoles s’achètent entre 2 et 4 millions d’euros en moyenne

Marion Ivaldi - Réussir Vigne Juillet-Août 2012

Les exploitations viticoles s’achètent  entre 2 et 4 millions d’euros en moyenne
Les vignobles du sud méditerranéen sont un investissement ayant une bonne rentabilité, notamment s’ils produisent du rosé. © P. Cronenberger

Vinea Transaction, réseau spécialisé dans la transaction foncière viticole, fait le point sur les investissements en viticulture.

“ Les investissements dans les exploitations viticoles ont le vent en poupe ”, indique Michel Veyrier, créateur de Vinea Transaction. Les échanges annuels représentent 2,5 % de la surface totale du vignoble et le montant moyen se situe autour de 2 à 4 millions d’euros pour 80 % des transactions. Il représente au total entre 1 à 3 milliards d’euros par an. Le marché le plus porteur est celui des crus et AOP de renoms qui représentent 10 % des échanges pour une hausse annuelle moyenne de la valeur de 9 % sur les vingt dernières années. Le record 2011 a été emporté par un grand blanc de côte de beaune, cédé à 20 millions d’euros/ha. “ Les régions recherchées sont le sud méditerranéen, l’Aquitaine et le Val de Loire, qui totalisent 70 % des échanges à elles trois. Elles sont suivies par le trio cognac, champagne et bourgogne qui reste cependant confidentiel ”, poursuit Michel Veyrier.

Une valeur refuge

La bonne dynamique de l’achat de foncier viticole s’explique en partie par “ la stabilité et la sécurité au profit des investisseurs, qui bénéficient en sus d’une fiscalité favorable à l’investissement dans le vignoble ”, note Vinea Transaction.
Selon Vincent Sauvestre, négociant de la Maison Béjot (bourgogne), les vignobles du Sud présentent une rentabilité intéressante dès lors que le vignoble est restructuré. “ Environ 5 à 5,5 % par an ”, estime-t-il. Ainsi des investisseurs de branches diverses achètent des vignes : la Foir’Fouille dans le Languedoc,
K-Way dans les Corbières, Michael Schumarer en Provence, ou encore Foster’s dans le Minervois…

40 % d’acheteurs étrangers

Les étrangers représentent 40 % des investisseurs d’origine diverse. Les Chinois font une entrée remarquée. En 2011, 15 transactions se sont effectuées avec  eux dans le vignoble bordelais et la région comptera en 2012 “ plus de trente domaines sous pavillon chinois ”, précise Vinéa Transactions. Les Chinois commencent également à diversifier leurs achats en Bourgogne et Vallée du Rhône.    
      

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier