Les freins à l'oenotourisme exposés aux élus

Xavier Delbecque

Les freins à l'oenotourisme exposés aux élus
Les Vignerons indépendants de France demandent notamment aux élus la suppression du plafond du chiffre d'affaires maximum des activités accessoires pour les entreprises agricoles. - © Christophe Grilhé / Inter Rhône

L'oenotourisme rencontre de nombreux blocages administratifs freinant son développement. Tel est le message que Thomas Montagne a transmis à l'association nationale des élus de la vigne et du vin (Anev), réunie fin juin au Sénat. Le président des Vignerons indépendants de France a notamment mis en avant les problématiques de licences pour les dégustations payantes, de réglementation sur la signalétique trop stricte et de normes d'accessibilité draconiennes pas toujours cohérentes avec les spécificités des bâtiments ruraux ou agricoles. Il a également demandé un cadre clair pour les situations de vendanges effectuées par des touristes, et la suppression du plafond du chiffre d'affaires maximum des activités accessoires pour les entreprises agricoles (50 000 euros). De son côté, Guillaume Lemière, directeur des classements et de la qualité d'Atout France, a insisté sur le besoin de structuration de la filière. Son organisme est toutefois confiant dans le potentiel des territoires viticole, puisqu'il espère passer de 3 à 4 millions d'oenotouristes étrangers par an d'ici 2020.

Source Réussir vigne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier