Les indications viticoles menacées par les extensions d'adresse web

Réussir Vigne Février 2013

Les indications viticoles menacées par les extensions d'adresse web
© J.-C. Gutner

Bordeaux.vin ou burgundy.wine seront-elles des adresses web détenues par un importateur chinois ou un producteur californien ? Le risque est réel, s’alarme Jean Guillon, consultant. L’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) doit cette année valider les dossiers des entreprises qui ont déposé de nouvelles extensions d’adresse web (c’est-à-dire le mot qui vient après le point dans une adresse Internet). Aucune des entreprises en lice pour l’extension “ .vin ” ou “ .wine ” n’ont prévu de mesures de protection pour les indications géographiques protégées. Ainsi, “ n’importe qui pourra accéder à des noms de domaine ” .vin “ ou ” .wine “. Cela ouvre la voie à du cybersquatting ou de la spéculation. Les entreprises, les ODG, les interprofessions n’auront aucun moyen de protection ”, s’alarme Jean Guillon qui assure avoir rencontré l’Inao à ce sujet. Aujourd’hui, il reste deux solutions pour faire obstacle à cette situation : soit prendre contact avec les porteurs de projet pour qu’ils introduisent des mesures de protection, soit faire une objection auprès de l’Icann (ce qui coûte environ 20 000 dollars américains). l

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier