Les pépiniéristes s’inquiètent de la hausse du coût de la main-d’œuvre

Marion Ivaldi - Réussir Vigne Réussir Décembre 2012

Les pépiniéristes s’inquiètent  de la hausse du coût de la main-d’œuvre
Gilbert Jenny, président de la Fédération française des pépinières viticoles : “ Nous rencontrons de graves problèmes de concurrence ”. DR

Réunis en congrès, les pépiniéristes ont débattu du projet du gouvernement de mettre un terme à la défiscalisation du salaire des saisonniers.

“ Indéniablement, il y aura une répercussion sur le prix des plants avec la fin de la défiscalisation de l’emploi des saisonniers est votée ”, s’inquiétaient les pépiniéristes lors de leur congrès annuel qui s’est tenu à Reims le 25 octobre dernier (ndlr : le résultat du vote par les parlementaires n’était pas connu à l’heure où nous bouclions ce numéro). Le coût de la main-d’œuvre pèse pour 60 % du coût de la fabrication d’un plant. Selon les estimations des pépiniéristes, si le projet du gouvernement de mettre un terme à la défiscalisation de l’emploi des saisonniers est appliqué, c’est 10 % de leur chiffre d’affaires total qui devra financer la nouvelle réglementation. “ Il s’agirait d’une hausse de 30 % des charges patronales sur un an. Tous les secteurs de l’économie n’accepteraient pas une telle progression ”, remarque Pierre-Denis Tourette, pépiniériste en Ardèche.

Baisse de compétitivité

Si cette hausse des salaires est appliquée, elle viendrait un peu plus grever les comptes des pépinières, dont les résultats s’effondrent depuis quelques années. Le chiffre d’affaires export est particulièrement touché. Sur la campagne 2007-2008, il s’élevait à 34,6 millions d’euros pour baisser à 18,3 millions d’euros en 2010-2011. “ Nous rencontrons de graves problèmes de concurrence ”, s’alarme Gilbert Jenny, président de la Fédération française des pépinières viticoles (FFVP). Les pépinières italiennes grignotent de plus en plus de part de marchés dévolues normalement aux plants français. En Allemagne, le prix de la main-d’œuvre s’élève à 6 €/h. Les pépiniéristes comptent toujours sur leur savoir-faire en matière de qualité de plants pour faire la différence. Mais, si le prix de la main-d’œuvre augmente, la partie est loin d’être gagnée. D’autant que les pépiniéristes ont du mal à se faire entendre. Selon la FFPV, entre 6000 et 7000 travailleurs saisonniers sont employés par les pépinières. Pas assez pour faire le poids face aux grandes entreprises nationales.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires