Les startups innovent dans les vignes

Ludovic Vimond

Les startups innovent dans les vignes
- © Agrifind

À l'occasion du LFDay le 1er juin dernier, le premier événement organisé par la ferme digitale, plus d'une cinquantaine de startups ont présenté leurs innovations. Petite sélection dans le domaine viticole.

Les startups innovent dans les vignes
Carbon Bee

Carbon Bee : détecter les maladies de manière précoce

Créée en 2015, la start-up Carbon Bee commercialise le capteur hyperspectral AQiT-sensor, capable d'analyser la lumière réfléchie par les plantes sur une large plage de longueurs d'onde, et le logiciel AQiT-map dont les algorithmes permettent de détecter précocement les symptômes de végétaux. Ce dernier crée des cartes interactives, géolocalisant des zones de forte probabilité de plants touchés et estimant la surface de celles-ci. En viticulture, Carbon Bee travaille notamment sur la flavescence dorée. En cours de mise au point, ce capteur peut être embarqué sur n'importe quel engin pouvant intervenir dans les vignes.

carbonbee.fr

Agrifind : une plateforme pour valoriser son expertise

Cette plateforme de partage de connaissances agricoles sur internet permet à des experts du monde agricole (conseillers, agriculteurs, etc.) de valoriser leur savoir-faire et leur expérience, quel que soit le domaine (agronomie, machinisme, comptabilité, assurance, juridique, etc.), auprès d'autres agriculteurs, moyennant un tarif défini par celui qui veut partager son savoir. Seule condition pour y proposer ses services : ne pas vendre de produits. Que du conseil ! Outre le tchat, la plateforme permet de noter les « agri-experts ».

www.agrifind.fr

Les startups innovent dans les vignes

Chouette : surveiller soi-même son vignoble avec un drone

Analyser la vigueur de la vigne à l'aide d'un drone... De nombreux acteurs sont en mesure de le faire sur le marché. Chouette s'en distingue en passant à 4 mètres de hauteur, quand d'autres volent à plusieurs dizaines de mètres. Cela permet d'offrir un niveau de précision et une haute définition d'image, avec un pixel représentant un carré de 4 mm. Évoluant au rythme de 5 ha/h, le drone est mis à disposition du viticulteur qui peut passer autant de fois qu'il le souhaite. Les images sont envoyées automatiquement sur le cloud et analysées. Outre l'évolution de la vigueur (en distinguant la vigne de l'interrang), l'analyse d'images permet, en comparant deux passages successifs, de détecter l'apparition de n'importe quel stress sur la vigne, mais aussi de maladies. Le viticulteur en est informé et peut, au choix, voir ce qu'il se passe sur les images collectées ou se déplacer directement sur la zone concernée, grâce à la géolocalisation des données.

www.chouette.vision

Les startups innovent dans les vignes

Bilberry : ne traiter que là où c'est nécessaire

Travaillant avec les fabricants de pulvérisateurs, cette jeune start-up entend proposer une solution technique permettant de scanner la végétation présente au sol, à l'aide d'une caméra couleur classique, et d'activer instantanément ou non les buses de désherbage concernée sur le pulvérisateur, de façon à ne traiter que là où c'est nécessaire. Ce système travaille jusqu'à 20 km/h.

Cette start-up collabore pour le moment avec les constructeurs de pulvérisateurs.

bilberry.io

Exotic systems : Rainette, le boîtier qui vous veut du bien

Véritable système de surveillance connecté, Rainette est un petit boîtier doté de capteurs de mouvement, de conditions climatiques, d'humidité, de bruit, etc. Selon les besoins, il est possible d'activer ces capteurs et de personnaliser leur utilisation en fonction de ses besoins au cours de l'année. Recevant des piles classiques, ce boîtier alerte l'opérateur selon les seuils paramétrés et offre une autonomie de quelques mois à plusieurs années selon l'intensité d'utilisation. Les alertes et données sont transmises par bluetooth ou par LoRa (ou Sigfox). Encore en phase de test, Rainette sera disponible pour les utilisateurs finaux en 2018.

www.exotic-systems.com

Samsys : traçabilité sur les matériels

Depuis début mai, Samsys propose plusieurs gammes de capteurs connectés, visant à remplacer le carnet de notes en Cuma, à optimiser l'utilisation du matériel et à faciliter la mise en oeuvre (facturation, etc.) par la suite. En entrée de gamme, l'offre Eco comprend des boîtiers intégrant des compteurs d'hectares, de distances et de temps d'utilisation. Chaque boîtier vaut 100 euros et offre une autonomie de six mois. À cela s'ajoutent 10 euros par mois et par boîtier pour l'abonnement aux services, quel que soit le nombre d'adhérents. Personnalisable (nombre de remplissages de cuve pour un pulvé, nombre de bennes chargées pour une machine à vendanger, etc.). L'offre Premium (250 euros par boîtier et un abonnement de 14,99 euros par mois et par boîtier) procure une autonomie supérieure à un an et le boîtier peut, au cours d'une saison, être utilisé sur plusieurs outils.

Géolocalisés, ces boîtiers informent de la localisation de l'outil, de son statut (à l'arrêt, en fonctionnement), mais aussi des pannes et des maintenances prochaines à réaliser. Ces informations sont visibles sur ordinateur, tablette ou smartphone. Une compatibilité Isobus est en cours de développement.

samsys.fr

Source Réussir vigne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier