Muscadet AOC et vins blancs : Distillés pour redynamiser le marché

B.BOUCHOT d'après AFP

Les producteurs de Muscadet AOC et de vin blanc de table en Midi-Pyrénées ont obtenu le feu vert pour distiller leurs stocks afin de redynamiser leur marché, a annoncé FranceAgrimer, l'établissement public administratif en charge de l'agriculture.

AOC Muscadet : distillation obligatoire pour les stocks 2007 et 2008

Pour le muscadet AOC, cette distillation sera obligatoire pour tous les producteurs qui ont encore en stock du vin 2007 et 2008. Les vignerons seront dédommagés autour de 50 euros pour un hectolitre. L'objectif de cette mesure, qui permet de réguler le marché, est de retirer de la commercialisation entre 65.000 et 80.000 hectolitres des récoltes 2007 et 2008 - peu abondantes, donc très chères - pour commercialiser le Muscadet 2009, d'un prix plus abordable et donc plus accessible au consommateur. Cette mesure, qui doit aussi avoir l'aval de Bruxelles, va coûter 4,5 millions d'euros.

Les producteurs de vin blanc en Midi-Pyrénées vont aussi pouvoir distiller leurs surplus de stocks, jusqu'à 80.000 hectolitres. Ils seront dédommagés à hauteur de 40 euros l'hectolitre. Dans leur cas, la procédure est facultative. L'objectif reste toutefois le même: faire remonter les prix. Ces derniers ont dégringolé de 26% après la mise sur le marché de volumes importants de vins issus de la zone Charente.

Des « distillations de crise » destinées à des fins industrielles

Le coût de cette distillation est de 3,64 millions d'euros. L'alcool brut issu de la distillation de vins n'est jamais utilisé pour l'alcool de bouche mais à des fins industrielles ou comme biocarburant. Ces « distillations de crise » de Muscadet et en Midi-Pyrénées s'inscrivent dans des plans de restructuration qui sont encore à définir, mais qui pourraient comprendre d'autres mesures comme l'arrachage temporaire de vignes ou encore des cessations d'activités. Déjà en 2009, 600.000 hectolitres de vins de table et de vins de pays rouges avaient été distillés pour résorber des stocks devenus trop importants en raison de la crise. La France avait perçu 26 millions d'euros d'aides.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier