Optimisme pour les prix en 2011-2012

Bruno Carlhian

Optimisme pour les prix en 2011-2012
La récolte 2011, estimée estimée à 48 millions d'hectolitres, se situe dans la moyenne de ces dernières années. La hausse des volumes est à relativiser. (J.-C. Gutner)

Selon le président du conseil viticole de FranceAgriMer, Jérôme Despey les cours doivent repartir “ a minima ” sur les bases de la campagne 2010-2011 et même progresser “ de 5 % à 10 % ” en vins rouges et rosés sans IG et IGP.

La vendange 2011, plus abondante que les précédentes, augure-t-elle d'un tassement des prix ? Jérôme Despey a écarté cette hypothèse, le 6 septembre dernier, lors de sa conférence de presse de rentrée. “ Avec une récolte estimée à 48 millions d'hectolitres, on ne se retrouve même pas aux niveaux de 2005 ou de 2006. La hausse des volumes est à relativiser, puisque nous nous situons dans la moyenne de ces dernières années ”, a expliqué le président du conseil viticole de FranceAgriMer, qui a voulu tordre le cou à l'idée répandue par certains metteurs en marché selon laquelle “ il serait difficile de maintenir ” les prix de la campagne 2010-2011. “ Cela d'autant plus que les stocks sont en baisse et que les récoltes en Espagne, en Italie et au Portugal sont attendues en baisse ”, a-t-il relevé. Selon lui, “ les prix doivent repartir a minima sur les bases de ceux de la campagne qui vient de s'achever ”.

 Bonnes perspectives à l'exportation

Jérôme Despey a même évoqué la perspective d'une progression des prix “ de 5 % à 10 % ” en rouges et rosés pour les vins sans indication géographique et IGP. “ Les perspectives à l'exportation sont bonnes ”, a-t-il également relevé. “ Les vignerons n'ont donc pas de raison de se presser pour vendre leur récolte. ”

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier