Pour l'UIPP, "la hausse de la TVA sur les produits phytos aura un impact limité sur les achats"

Propos recueillis par Marion Ivaldi - Réussir Vigne Février 2012

Pour l'UIPP, "la hausse de la TVA sur les produits phytos  aura un impact limité sur les achats"
Jean-Charles Bocquet, directeur de l'UIPP. © N. Ouvrard

Trois questions à Jean-Charles Bocquet, directeur général de l'Union des industries de la protection des plantes.

L’assemblée nationale a adopté en décembre dernier le projet de loi de finance 2012 qui prévoit le passage de la TVA sur les produits phytosanitaires de 5,5 % à 19,6 %. Jean-Charles Bocquet, directeur général de Union des industries de la protection des plantes réagit.

Comment analysez-vous cette décision ?

Ce choix est davantage un affichage politique qu’une stratégie claire. La majorité des viticulteurs, comme tous les agriculteurs, récupèrent en fin d’année la TVA dont ils s’acquittent. L’unique conséquence de cette hausse de la TVA sera donc d’alourdir encore un peu plus les capacités de financement des entreprises en limitant leur trésorerie. La mesure permettrait de dégager un montant plutôt faible : 15 millions d’euros. Les produits utilisés par les jardiniers amateurs sont également concernés.

Aura-t-elle une conséquence sur l’emploi des produits phytosanitaires ?

Le gouvernement justifie son choix par sa volonté de limiter l’usage des produits phytosanitaires en augmentant leur prix. C’est un argument fallacieux. La majorité des viticulteurs et des agriculteurs raisonnent aujourd’hui leurs traitements. Citons simplement un chiffre : les tonnages de produits phytosanitaires utilisés en agriculture ont baissé de 38 % entre 2001 et 2010. Les politiques n’ont pas compris que l’emploi des produits phytosanitaires n’est pas un superflu. Ces produits sont un outil de travail quasi incontournable. La hausse de la TVA aura un impact limité sur les achats.

Sur quels produits s’appliquent cette hausse ?

Elle s’applique à tous les produits phytosanitaires faisant l’objet d’une autorisation de mise sur le marché. Il s’agit donc non seulement des produits phytos “ classiques ” mais aussi certains produits “ naturels ”, le cuivre, le soufre… À partir du moment ou les produits possèdent une autorisation en tant que produit phytosanitaire.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier