Promotion et développement de l'emploi partagé en Languedoc-Roussillon

AREFA LR

En Languedoc-Roussillon, région où l’emploi saisonnier agricole est important, l’AREFA est positionnée pour développer l’emploi partagé. A ce jour, il existe près de 300 groupements d’employeurs en agriculture.

Le rôle clé de l’AREFA

L’ AREFA Languedoc-Roussillon réalise un important travail d’animation et de promotion de cette forme d’emploi auprès des employeurs de main d’oeuvre agricole et des collectivités. Elle informe les entreprises agricoles du territoire sur la création, le fonctionnement d’un groupement, les possibilités d’élargissement aux collectivités… Elle fait de même lors des salons auxquels elle participe, notamment au  SITEVI. Elle rencontre aussi des maires ruraux, en rendez-vous ou lors de leurs congrès départementaux.Pour ce faire, l’AREFA s’appuie sur un certain nombre d’outils qu’elle a élaboré : guide pratique, recueil de témoignages… Elle a d'ailleurs signé, en juillet 2013, une  convention cadre de partenariat afin de favoriser le développement de l’emploi partagé, avec le  CRGE.

Lutter contre la précarité de l’emploi saisonnier

L’enjeu principal du développement de cette forme d’emploi en Languedoc-Roussillon est de fidéliser les salariés agricoles ayant la qualité de saisonniers, de les former ainsi que de pérenniser leur emploi. Plus de 80 % des contrats signés sont de type CDD pour des activités autour de la cueillette, de la taille… La viticulture et les cultures spécialisées sont les premiers recruteurs. La mutualisation des besoins en main d’oeuvre saisonnière dans le cadre d’un groupement d’employeurs permet aux exploitants de proposer des postes en  CDI. C’est pourquoi les créations de postes dans le cadre de ce dispositif sont encouragées par le Conseil régional et les Conseils généraux du Languedoc-Roussillon.

Promotion et développement de l'emploi partagé en Languedoc-Roussillon

Mathieu Azema - Ouvrier viticole / Tractoriste dans l’Aude dans un Groupement d'employeur

Quelle est votre formation ?
Je suis fils de viticulteur, mais pour autant, je ne me prédestinais pas à reprendre l’exploitation. Avec la crise viticole en Languedoc-Roussillon, mon père a arraché toutes ses vignes. J’avais 17 ans, mais j’ai pourtant suivi un CAP, un BEP puis un Bac Pro « Viticulture-OEnologie ».

Comment avez-vous intégré le groupement d’employeurs ?A la suite de plusieurs expériences professionnelles (tractoriste, cariste et régisseur sur différents domaines viticoles), je suis revenu chez mon dernier patron. Celui-ci pouvait m’embaucher à l’année, mais à mi-temps, compte tenu de la taille de son exploitation. Nous avons trouvé un autre exploitant dans son cas, assez facilement d’ailleurs et aujourd’hui, je suis salarié du groupement, en CDI.

Quelles sont les particularités de cette forme d’emploi ?
Je partage mon temps entre les deux exploitations : une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre. Il faut donc savoir s’adapter et faire preuve de polyvalence. Je trouve ainsi que le travail est moins routinier !

Un programme régional pour l’emploi agricole

En octobre 2008, le Conseil régional de Languedoc-Roussillon, a mis en place un dispositif d’accompagnement des groupements d’employeurs qui comprend 2 actions :

  • aide à la création administrative d’un groupement d’employeurs agricoles ;
  • aide au démarrage et au recrutement au sein de groupements d’employeurs ayant permis la création d’emploi(s) permanent(s).

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire