Recherche variétale : Le génome et le réchauffement climatique

Marion Ivaldi

Un programme de recherche mené par Serge Delrot, directeur de l'UMR Ecophysiologie et génomique fonctionnelle de la vigne à Bordeaux vise à sélectionner des vignes en vue d'une adaptation au changement climatique. “ Nous allons pour cela réaliser un phytotypage de la vigne pour modéliser l'impact du stress hydrique sur une centaine de phénotypes différents ”, indique Serge Delrot. Seront aussi modélisés la croissance et les phénomènes de concentration des constituants de la baie.

Le décryptage du génome devrait permettre, entre autres, de modéliser la croissance et les phénomènes de concentration des constituants de la baie. (G. Guibaud)

Le décryptage du génome devrait permettre, entre autres, de modéliser la croissance et les phénomènes de concentration des constituants de la baie. (G. Guibaud)

“ Le but est d'aller plus loin sur la connaissance du système métabolique de la baie qui
est très influencé par le stress hydrique ”, poursuit le chercheur. Il est aussi question d'étudier l'interaction entre le greffon et le porte-greffe dans le cadre d'un stress hydrique. Enfin, un projet vise à sélectionner des variétés résistantes. Dans ce cadre, pour un stade phénologique donné, les chercheurs étudieront la résistance au stress hydrique du croisement du cabernet sauvignon et de riparia ainsi que celui du riesling et du gewurztraminer.

Source Réussir Vigne Avril 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier