Réduire les doses de cuivre utilisées pour la protection phytosanitaire

Magali-Eve Koralewski - Réussir Vigne Septembre 2012

Réduire les doses de cuivre utilisées pour la protection phytosanitaire
Des essais ont montré que la diminution des doses de cuivre pouvait être réalisée tout en assurant une bonne protection des grappes. © C. Bioteau

L’optimisation des doses de cuivre pour lutter contre le mildiou a été testée en région Paca. Les résultats montrent qu’une réduction des doses est possible.

À l’occasion des mini soirées du rosé en juin dernier, Clémence Boutfol, de la chambre d’agriculture du Var, a présenté les résultats d’essais menés par la chambre d’agriculture des Bouches du Rhône sur la réduction des doses de cuivre dans la lutte contre le mildiou. Deux essais ont été réalisés en 2011. Le premier a évalué l’efficacité d’un traitement “ optidose ”, c’est-à-dire l’application d’une dose adaptée à la surface foliaire. “ La modalité optidose a permis de réduire de 44 % les doses de cuivre et de soufre utilisées par rapport à la modalité pleine dose avec une efficacité comparable, selon les observations sur la fréquence et l’intensité d’attaque du mildiou sur feuille et sur grappe ”, indique Clémence Boutfol. Dans cet essai, la dose totale de cuivre employée sur cinq traitements pour la pleine dose s’élevait à 4 kg/ha et celle en optidose à 2,2 kg/ha.

Des résultats à vérifier

Dans le deuxième essai, différentes préconisations de réduction des doses de cuivre ont été testées. Les traitements ont été échelonnés sur quatre applications pour des doses totales de cuivre employées de 1 kg/ha, 1,2 kg/ha et 1,6 kg/ha. “ Pour ces niveaux de cuivre employés la protection sur feuille a été maintenue jusqu’en août mais la fréquence d’attaque sur feuille s’élevait à 70 % au moment de la récolte, un traitement tardif contre le mildiou mosaïque n’ayant pas été réalisé. Les grappes en revanche n’ont presque pas été atteintes ”, relate Clémence Boutfol. Les doses de cuivre peuvent donc être réduites, à condition d’être bien appliquées et au bon moment. Ces résultats ont été obtenus sur une parcelle à faible pression mildiou. La chambre d’agriculture des Bouches du Rhône compte réitérer ces essais sur une parcelle à plus forte pression.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier