Réglementation vin : Le SO2 fait toujours débat chez les bio

Magali-Eve Koralewski

Les propositions de la Commission européenne pour le règlement relatif à la vinification des vins biologiques achoppent notamment sur la question des doses de sulfites maximales autorisées.

La Commission européenne a rendu le 19 octobre dernier le document de travail relatif au futur règlement de la vinification biologique des vins. Les doses de SO2 sont à nouveau au centre des discussions. “La France et d'autres pays membres ont fait connaître leur désaccord auprès de la Commission quant à la proposition de réduire les doses de sulfites de 50% par rapport aux doses maximales établies dans le conventionnel. Une autre proposition de les diminuer de 75 mg vient de tomber”, explique Monique Jonis, en charge du dossier à l'Itab. Là encore, la France est en désaccord et demande que cette diminution soit limitée à 20 %.

“Notre position permet de satisfaire les contraintes de chaque pays membre et veut également éviter une situation trop sévère qui amènerait certains pays à demander trop souvent des dérogations. L'idée de ce règlement est de développer la viticulture bio, pas de la limiter”, relève Monique Jonis. Cette question reste donc pour l'instant en suspens mais va devoir trouver rapidement une issue.

Les discussions sur les doses de SO2 ne sont pas closes. (P. Cronenberger)

Les discussions sur les doses de SO2 ne sont pas closes. (P. Cronenberger)

Les autres propositions de la Commission

Pour les techniques physiques et thermiques, le principe d'une liste négative (tout ce qui n'est pas dans la liste est autorisé) a été retenu. Par rapport aux propositions de la Commission, la profession bio demande que la flash-pasteurisation, l'électrodialyse, l'osmose inverse (uniquement sur moût) et l'usage des résines échangeuses d'ions (uniquement pour la fabrication de moûts concentrés rectifiés) ne soient pas interdits.

Pour la liste positive (seules les substances listées sont autorisées) des additifs et auxiliaires de vinification, plusieurs États membres ont demandé que soient rajoutés les copeaux, les écorces de levures, les mannoprotéines et certains nutriments pour les levures.

Source Réussir Vigne Décembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier