[Sitevi] Une éolienne mobile pour déjouer le gel

Raphaël Lecocq

Au printemps, les premiers rayons de soleil réchauffent le sol et la végétation. Au cours de la nuit, la chaleur accumulée dans le sol est relarguée dans l’atmosphère sous l’effet du rayonnement.

Cet air chaud se frotte à l’air froid nocturne ambiant. La différence de densité entre l’air chaud et l’air froid fait que l’air froid va s’accumuler au niveau du sol. Cet air froid profitera d’une pente pour les glisser dans les bas-fonds, dont on comprend mieux désormais la sensibilité au gel. L’air chaud, lui, va monter dans l’atmosphère sans toutefois prendre beaucoup d’altitude puisqu’il va stationner entre 15 et 20 m d’altitude.

Eolienne mobile

Le rôle de la tour à vent consiste à brasser les deux couches d’air à la température distincte : l’hélice de la tour aspire l’air plus chaud du toit thermique et le refoule en le brassant avec les couches d’air plus froides qui entourent les plantes et le sol. L’installation d’une tour à vent dans les zones sensibles au gel de printemps constitue une bonne parade face à ce type d’accident climatique. La particularité de la tour Tow and Blow se Schillinger est d’être mobile.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier