Stabilisation des prix sur le marché du vin bio

Emmanuel Brugvin - Réussir Vigne Juin 2013

Stabilisation des prix sur le marché du vin bio
Le prix moyen d’achat du vin bio est resté quasiment stable et proche de 4,50 euros le litre. © P. Cronenberger

En 2013, tout indique que les volumes de bio français offerts sur le marché seront supérieurs à l’offre. Sur le terrain, certains services économiques constatent un tassement des prix. D’autres restent optimistes.

P our la première fois, l’offre serait-elle supérieure à la demande ? “ En 2011, en côte-du-rhône, l’hectolitre se négociait à 193 € contre 106 € en traditionnel car l’offre était insuffisante. Nous assistons, en 2012, à un resserrement de la fourchette avec 157,50 € contre 113 € ”, constate Brice Eymard d’Inter Rhône. Dans le Languedoc, première région productrice de bio (33 % de la surface), “ Nous constatons sur le vrac encore des écarts de prix de 50 à 80 € à l’hectolitre ”, souligne Christophe Jammes, responsable du service économique du CIVL. Même constat d’après les relevés de 2012 de Symphony Iri en super et hypermarchés (20 % des débouchés). Le vin bio a connu une croissance de 9,5 % en volume et 9,2 % en valeur contre 0,6 % et 3 % pour l’ensemble des vins tranquilles. Le prix moyen d’achat du vin bio est resté quasiment stable et proche de 4,50 euros le litre. Soit un prix à la bouteille 54 % plus élevé que la moyenne du linéaire. En GMS, il reste un marché de niche. Les 11,37 millions de cols vendus en bio ont représenté 0,88 % des volumes et 1,36 % du chiffre d’affaires (51 M€).

Urgence à développer l’export

De retour de Prowein, Gwenaëlle Le Guillou, directrice du Syndicat des vignerons bio d’Aquitaine, reste confiante. “ Dans notre région, si les cours ont été chahutés cet été avant les vendanges, les transactions ont retrouvé leur niveau de l’année précédente en mars, soit 70 % au-dessus du conventionnel. Nous allons pouvoir, avec l’accroissement tant quantitatif (7 % des volumes régionaux) que qualitatif de la production s’attaquer aux marchés export de manière crédible. Il y a urgence. Les Espagnols et les Italiens exportent respectivement environnement 90 % et 60 % de leur bio avec d’importants soutiens nationaux. ”      

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier