Un savoir pas si béton sur les oeufs

Mathilde Leclercq

Un savoir pas si béton sur les oeufs
Contre toute attente, les essais n'ont montré aucune remise en suspension naturelle des lies au cours de l'élevage dans les oeufs en béton. - © X. Delbecque

Le mouvement naturel des lies et les fermentations lentes sont souvent associés à la vinification dans les oeufs en béton. Mais de récents travaux menés à l'université de Changins, en Suisse, remettent en cause ces phénomènes.

Le mouvement naturel de remise en suspension des lies est souvent avancé pour expliquer la rondeur et le gras associés aux vins élaborés dans des oeufs en béton. Pourtant, le lien est loin d'être évident selon Alexandre Stauffer, qui a réalisé ses travaux à l'université suisse de Changins et chez différents vignerons. En effet, le chercheur a mesuré la turbidité du vin à trois niveaux au sein d'oeufs en béton, de cuves inox, de fûts et d'oeufs en polyéthylène (PEHD). « Avec cette méthode, je n'ai pu mettre en évidence aucun mouvement de lies au sein des cuves ovoïdes, assure-t-il. Bien au contraire, celles-ci précipitaient au fond des oeufs en béton en un temps record. » Malgré tout, le scientifique reste très nuancé quant à ces résultats et se dit ouvert à d'autres approches. « Certains vignerons avancent plutôt le rôle de l'autolyse des levures dans cette perception de gras en bouche, poursuit-il. Mais ce phénomène serait davantage dû au matériau qu'à la forme de la cuve. »

En plus de la turbidité, Alexandre Stauffer s'est intéressé aux durées de fermentation. « Contrairement aux idées reçues, les fermentations alcooliques et malolactiques n'étaient pas plus lentes dans les cuves ovoïdes », commente-t-il. En revanche, il souligne l'avantage des oeufs en béton en termes d'inertie thermique. « Mais là encore, cet aspect est davantage dû à la matière en elle-même qu'à la forme de la cuve », souligne le chercheur.

Les vins ressortent plus ouverts au moment de la dégustation

Un savoir pas si béton sur les oeufs

Concernant les échanges gazeux, il a mesuré les teneurs en oxygène dissous à différents niveaux de profondeur, à l'aide d'une sonde. Mais une fois n'est pas coutume, les différences semblent minimes d'un contenant à l'autre.

« Néanmoins, le fait qu'aucune différence en oxygène dissous ne soit constatée à l'issue de ces essais ne signifie pas pour autant qu'il n'existe pas d'échanges avec le vin », tempère Alexandre Stauffer. Il avance même la piste d'une oxygénation lente, non mesurable par une telle méthode. Quoi qu'il en soit, les vins travaillés dans les oeufs en béton ressortent plus ouverts au moment de la dégustation. En résumé, ces travaux posent plus de questions qu'ils n'apportent de réponses. Et à l'heure actuelle, difficile de dire qui, de l'oeuf ou du béton, pourrait avoir un réel impact sur les vins.

Source Réussir vigne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires