Une première vendange pour le vignoble du Haut-Poitou labellisé AOC

Marie-Laure Laucournet

Cette première récolte sous l'appellation d'origine contrôlée (AOC) offre une saveur particulière au vignoble du Haut-Poitou. L'occasion pour le syndicat des vins du Haut-Poitou de lever le voile sur la campagne de communication qui entoure ce nouveau cru.

Un an après l'obtention de l'appellation, la première cuvée de la tant attendue AOC du Haut-Poitou fait une entrée riche en couleur. Fait assez rare pour être souligné, l'AOC englobe des rouges, des rosés et des blancs. Une véritable « collection » que les viticulteurs vont habiller d'un tout nouveau visuel « moderne et coloré » (voir la photo).
Le syndicat des vins du Haut-Poitou a fait un véritable effort de communication autour de l'AOC. Logo, visuel, collerettes des bouteilles, site internet… tous les outils de promotion font peau neuve.
Pour amener les gens à découvrir ce millésime, il faut aller vers eux. Partant de ce constat simple, le syndicat organise, les 3 et 4 mars 2012, de nombreuses animations à la gare du Futuroscope. « Rien de mieux pour faire voyager le produit et s'ouvrir à tous les publics », complète François Rat, président du syndicat.

La reconnaissance de l'AOC « n'en demande pas moins d'efforts et d'investissements de la part des viticulteurs. » Efforts confirmés par la famille Bourdier du Domaine de Villemont. « Il a fallu s'adapter car les cépages sont plus limités qu'en VDQS. La limitation des rendements oblige à raisonner dès la taille. »
« L'AOC impose un niveau d'exigence plus important », explique François Rat. « La densité de pieds par hectare, des règles de taille (un nombre de rameaux fructifères à ne pas dépasser), le rendement (58 hl pour les rouges contre 65 en VDQS par exemple) »… tout est stipulé dans le cahier des charges.
Malgré ces quelques contraintes, plus de 80 viticulteurs sont engagés dans la démarche AOC. Les 700 hectares du nouveau vignoble AOC du Haut-Poitou s'étendent de Saint Georges-les-Baillargeaux à Cherves et de Coussay à Cissé. Il compte même une vingtaine d'hectares dans les Deux-Sèvres.
Après les premières vendanges, les viticulteurs annoncent une « belle qualité pour les blancs » qui devraient faire leur apparition sur les étales vers le 15 décembre.
« Le vin du haut-Poitou est un produit extraordinaire, vivant, l'expression d'un terroir », s'enthousiasme François Rat. Il a invité Alain Claeys, maire de Poitiers, à toucher du doigt cette AOC en récoltant les premières grappes de Cabernet.
Marie-Laure Laucournet
www.vinsduhautpoitou.com

Source La Vienne Rurale

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier