Vendanges précoces et production en léger repli

Vendanges précoces et production en léger repli

Les épisodes de chaleur à répétition et le manque d'eau dans la plupart des vignobles annoncent à la fois des vendanges précoces et une production en léger repli, selon le service statistique du ministère de l'Agriculture.

Selon les données collectées au 20 juillet, la récolte atteindrait cette année 46,6 millions d'hectolitres, très légèrement inférieure à 2014 (-1%) mais toujours mieux que la moyenne des cinq dernières années (+2%), affirme Agreste qui insiste sur le caractère "très provisoire" de ces estimations toujours soumises aux aléas climatiques.

"La vigne a pour l’instant assez bien traversé la période de canicule, hormis pour les jeunes plants ou pour les ceps en sols légers ou superficiels", précisent-ils.  "Néanmoins, la végétation commence à montrer dans certaines régions, à la mi-juillet, des signes de stress hydrique".

Sur un an l'évolution serait en baisse dans l'Est (Alsace, Jura, Bourgogne, Beaujolais...)  et en Charentes et en hausse partout ailleurs. Sous l'effet de la canicule du début d'été la plupart des vignes ont entamé le stade de début de véraison (la maturation des baies) au 20 juillet et la "sortie des grappes a été généreuse dans de nombreuses régions". 

En Alsace, l’épisode caniculaire de début juillet a causé un stress hydrique sur les parcelles de jeunes plants ou en sols légers. En Bourgogne, et Beaujolais le potentiel de production devrait également reculer comparé à la récolte 2014 mais rester supérieur à la moyenne quinquennale.

Dans le Bordelais, la vigne est en avance de dix jours comparé à l'an dernier et la floraison s'est déroulée "dans des conditions favorables". Dans le reste du Sud-Ouest, une avance de végétation de 15 jours est relevée par rapport à 2014. Les vendanges pourraient démarrer en août.

Dans la moitié sud de la France,  les attaques d'oïdium et de mildiou, constatées à la fin du printemps, ont vite disparu grâce à la chaleur. En revanche celles de black-rot (pourriture noire) restent assez fortes dans certains départements et l'oïdium est toujours présent en Savoie, en Bourgogne et dans le Nord-Est, notamment en Champagne où le vignoble est en avance de quelques jours sur la moyenne décennale.

Pour en savoir plus lire la publication d'Agreste

Source Agreste Conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier