Vignes : les sénateurs veulent une initiative "forte" pour les droits de plantation

Vignes : les sénateurs veulent une initiative "forte" pour les droits de plantation

Les sénateurs du groupe d'études "vigne et vin" du Sénat réclament une "initiative politique européenne forte" pour "maintenir les droits de plantation".

Le groupe d'études, toutes tendances politiques confondues, "a exprimé sa vive préoccupation devant le blocage des discussions à Bruxelles" sur ce sujet.

"Il regrette le manque d'information sur les avancées du groupe de haut niveau mis en place par la Commission européenne et craint que ce groupe ne constitue qu'une manoeuvre dilatoire, pour éviter de réexaminer sérieusement la question des droits de plantation" de vignes.

Il "réclame une initiative politique forte et coordonnée au niveau des États de l'Union européenne pour décider dès maintenant le maintien des droits de plantation, sans attendre la fin des discussions sur la réforme de la Politique agricole commune (PAC), ce maintien étant demandé par la totalité des États producteurs de vins en Europe".

Bruxelles entend supprimer d'ici fin 2015 les droits de plantation de vignes, censés réguler la production de vin, afin de libéraliser le secteur en permettant aux viticulteurs de planter ce qu'ils désirent. Mais plusieurs pays, dont la France, prônent leur maintien.

Les producteurs de vin français se sont prononcés en faveur d'un maintien des droits de plantation tandis que les représentants du négoce ont voté contre.

Devant la levée de boucliers de plusieurs Etats membres sur ce dossier, le commissaire européen à l'Agriculture, Dacian Ciolos, a décidé en janvier la mise en place d'un groupe à haut niveau qui doit rendre un rapport avant la fin de l'année.

Dans l'UE, il est possible de planter une vigne apte à produire du vin qu'à la condition de détenir un droit de plantation de vigne. Ainsi, un viticulteur qui souhaite agrandir son vignoble ne peut le faire qu'en achetant d'autres parcelles de vignes ou par la location.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier