Vin : les échanges mondiaux en hausse de plus de 10%

Sophie Caron

Vin : les échanges mondiaux en hausse de plus de 10%
Principaux Exportateurs en valeur (Source OIV)

En 2015, les échanges mondiaux ont augmenté de 10,6% en valeur par rapport à 2014, pour s'établir à 28,3 milliards d'euros contre 16 milliards dix ans plus tôt, d’après les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). La surface du vignoble continue toutefois à régresser.

En volume, les échanges internationaux atteignent 104,4 millions d’hl, soit une hausse de 1,8%. « Aujourd’hui, sur dix bouteilles de vin consommées, quatre ne sont pas produites sur le lieu de consommation », a rappelé Jean-Marie Aurand, directeur général de l'OIV.  En valeur, cette hausse est généralisée pour les principaux pays exportateurs, exception faite de l’Allemagne.

La France (8,2 milliards d'euros) reste de loin le premier exportateur en valeur avec 29% des parts du marché mondial mais voit ses ventes baisser de nouveau en volume (-2%). L’Italie prend la deuxième place en valeur  (5,3 milliards euros) alors que l'Espagne, toujours au premier rang en volumes (24 millions hl) rétrograde à la troisième place en valeur (2,6 milliards d'euros) du fait d'un prix moyen moindre à l'unité.

Mais ce sont les Etats-Unis qui enregistrent la plus forte augmentation de leurs exportations, en hausse de 26,5% en valeur. A noter que poids de la bouteille continue de s’éroder légèrement en volume. Entre 2000 et 2015, la part de la bouteille est passée de 65% à 54%.

Le vignoble chinois continue de progresser 

L’OIV a également dévoilé les derniers chiffres de la répartition du vignoble dans le monde. Leur constat : la surface en vigne a encore perdu 7.000 ha entre 2014 et 2015. Le vignoble européen est celui qui régresse le plus avec 26.000 ha en moins entre 2014 et 2015, dont 8.000 en Italie, 7.000 au Portugal et 5.000 en France. 

Hors Europe, la croissance est portée par la Chine, qui gagne 34.000 ha en un an et confirme ainsi sa deuxième place mondiale en surface derrière l'Espagne et devant la France. "La Chine reste le principal moteur de la croissance mondiale du vignoble" a insisté Jean-Marie Aurand, directeur général de l'OIV. Le vignoble continue également à progresser légèrement en Nouvelle Zélande alors qu’il diminue en Turquie, Australie, au Brésil et en Afrique du Sud.

 

Source OIV

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier