Vin rouge : Le « French Paradox » expliqué

De nombreuses études épidémiologiques ont constaté que boire modérément du vin rouge réduit le risque de maladies cardiovasculaires. Des chercheurs viennent de dévoiler la première explication du mécanisme lié aux polyphénols du vin.

Différentes études avaient déjà identifié les polyphénols du vin comme responsables d'un effet vasodilatateur, via la production de monoxyde de carbone, par les cellules « endothéliales » qui tapissent la paroi interne des vaisseaux. Restait à découvrir comment se déclenche la production de monoxyde d'azote.

Des chercheurs de l'Inserm d'Angers, de Strasbourg et de Toulouse ont élucidé ce mécanisme : il passe par l'un des récepteurs des hormones oestrogènes (ERalpha), auxquels se lient les molécules de polyphénols. «Sous l'effet des oestrogènes, les femmes ont un risque cardiaque plus faible avant la ménopause, or ces effets bénéfiques des oestrogènes passent par cette forme de récepteur. D'où l'idée, de l'explorer chez les souris», explique l'un des auteurs, Matthieu Chalopin.

L'équipe de chercheurs a prouvé que les bienfaits sur la souplesse des artères des polyphénols nécessitent la présence de ce récepteur à oestrogènes.

Cette découverte, outre l'explication du French Paradox* ouvre de nouvelles pistes sur le potentiel thérapeutique des polyphénols contre les maladies cardiovasculaires.

* Le paradoxe français (french paradox) est l'expression pour désigner une apparente contradiction entre la pratique alimentaire des habitants du Sud-Ouest, riche en graisse et en vin, et leur moindre exposition aux infarctus. Un terme inventé en 1992 par Serge Renaud, professeur de l'Université de Bordeaux.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier