Vinexpo : François Hollande loue l'excellence de la filière viticole et défend la loi Evin

Vinexpo : François Hollande loue l'excellence de la filière viticole et défend la loi Evin

Le président François Hollande, en inaugurant dimanche le 18e salon international Vinexpo, a loué l'excellence de la filière viti-vinicole de la France mais insisté sur la nécessité de préserver le "modèle de consommation responsable" fixé par la loi Evin en termes de santé publique et de lutte contre l'alcoolisme, tout en la clarifiant si besoin.

Marisol Touraine ne veut pas que la loi Evin soit modifiée

La ministre de la Santé, Marisol Touraine a affirmé que le gouvernement "fera tout ce qu'il peut et tout ce qu'il faut" pour que l'amendement modifiant la loi Evin "soit supprimé", "Il y a 50.000 personnes chaque année qui meurent directement ou indirectement des suites d'une consommation excessive d'alcool, alors ne changeons pas l'équilibre (de la loi), ne relâchons surtout pas l'effort", a déclaré la ministre.

Un avis partagé par la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a également estimé qu'"il ne fallait pas changer la loi Evin".  

De son côté, Manuel Valls ne serait pas  favorable à retour à la version initiale comme le veut Marisol Touraine. Il souhaiterait "un compromis", même en cas de recours au 49-3.

"La France a su construire et choisir une voie qui récuse à la fois la surtaxe (ndlr: des vins et spiritueux) et la promotion sans entraves qui pourrait encourager les abus", s'est félicité le chef de l’État devant les professionnels de la filière réunis à Bordeaux pour Vinexpo, plus important salon mondial du secteur viti-vinicole.

Lutter contre l'alcoolisme, un fléau

Le "modèle français" de "consommation responsable", "nous devons absolument le préserver" pour "lutter contre l'alcoolisme, un fléau", a souligné François Hollande dans son discours inaugural, rappelant que la loi Evin, adoptée voici 25 ans, "n'interdit pas la publicité sur le vin et les alcools mais l'encadre très précisément".

Mais certains médias ont été condamnés pour des articles sur le vin en vertu de la loi Evin, ce qui a suscité un certain nombre de demandes de clarification de la part de la profession viticole. jeudi, lors de l'examen en commission en nouvelle lecture du projet de loi Macron, les députés n'ont pas suivi le gouvernement qui demandait la suppression d'un amendement du Sénat faisant la distinction entre information et publicité sur l'alcool.

"Ma position est simple: nous devons garder les équilibres de la loi Evin, préserver ce qu'elle prévoit aujourd'hui et, s'il y a des précisions, il faut les engager avec de grandes précautions: clarification oui, préservation de la loi Evin oui aussi, oui d'abord!" a réagi le chef de l’État.

Le vin : deuxième poste d'exportation derrière l'aéronautique

François Hollande a auparavant salué l'excellence de la filière viti-vinicole française, rappelant qu'elle représentait 500.000 emplois directs et dégageait un excédent commercial de 10 milliards d'euros, deuxième poste d'exportation derrière l'aéronautique.

"Il n'y a pas beaucoup de domaines où nous sommes leaders mondiaux. Là où nous sommes les premiers, faisons en sorte de le rester! C'est le sens de ma visite" à Vinexpo.

Pour promouvoir cette "filière d'excellence", François Hollande s'est engagé à défendre dans les négociations commerciales internationales les "indications géographiques" protégeant la production française pour les faire reconnaître, notamment avec la Chine ou les Etats-Unis.

Il a aussi vanté les mérites de l'oenotourisme, qu'il entend promouvoir, soulignant que 30% des millions de touristes étrangers qui viennent en France sont attirés en premier lieu par sa gastronomie et ses vins.

Après la  visite du salon, François Hollande s'est rendu à Marcillac (50 km au nord de Bordeaux) pour un déjeuner champêtre avec les responsables de la coopérative Les vignerons de Tutiac (Côtes de Blaye), dans les vignes. "C'est important d'être reçu chez des viticulteurs qui ont décidé de se regrouper" pour "protéger l'environnement", engager la "nécessaire modernisation" et "aider les jeunes à s'installer", a-t-il déclaré. 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier