Vinexpo : L'avenir du vin français se joue à l'étranger »

A l'occasion de l'inauguration de Vinexpo à Bordeaux, Bruno Le Maire a appelé à l'unité de la viticulture française pour gagner des parts de marché à l'exportation.

« L'avenir du vin français se joue à l'étranger », a lancé le ministre de l'Agriculture à Vinexpo, estimant qu'il ne fallait pas «relâcher nos efforts pour gagner en compétitivité et des parts de marché à l'export ».

Rappelant la « tendance lourde » à la baisse de la consommation en France, il s'est félicité que la France ait reconquis en 2011 sa première place d'exportateur en valeur. Mais il a appelé les professionnels français à des efforts d'unité face à la concurrence du Chili ou de l'Argentine et, plus près, de l'Italie et de l'Espagne. Il porte en exemple le contrat signé en Chine par la maison Castel pour la livraison de 30 millions de bouteilles.

« Le mal français c'est la division

Avec « la qualité de la viticulture d'un côté et l'unité de l'autre, le vin français sera invincible », a-t-il lancé, fustigeant les « querelles, divisions, conflits de chapelles ». « Le mal français c'est la division ».

S'il estime que l'exportation fera la richesse des viticulteurs français, le ministre souhaite que tous les viticulteurs puissent en profiter : les grands crus, les vins sans appellation, les vins plus modestes… « Cela veut dire mieux s'organiser », estime-t-il, appelant à une « véritable régulation viticole européenne dans l'intérêt de tous ».


Exportations des vins français : un excellent premier trimestre 2011

Les exportations de vins français (tous types confondus) ont augmenté de 10,3% en volume et de 20% en valeur au premier trimestre 2011 (par rapport au premier trimestre 2010). Les ventes sur les marchés exports atteignent 3 millions d'hectolitres en volume et 1,5 milliard d'euros en valeur.

Si l'Allemagne reste le premier pays importateur de vins français en volume (60 millions de litres, soit 20% des volumes exportés), elle arrive après les États-Unis et l'Angleterre en valeur. Le spectaculaire développement des exportations de vins vers la Chine et Hong-Kong se poursuit.

Le ministre de l'Agriculture français a également vanté « l'atout majeur » que constitue la viticulture pour l'économie et l'emploi en France. Le marché du vin c'est 18 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 120.000 emplois directs et « 6,9 milliards d'euros par an de recettes à l'exportation, comparable à la vente de 137 airbus », a-t-il rappelé.



Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier