Vins : La France sollicite une distillation de crise

Le conseil spécialisé vin de FranceAgrimer a décidé la mise en oeuvre d'une distillation de crise exceptionnelle de 600.000 hectolitres pour les vins rouges, afin de résorber les stocks trop importants des viticulteurs.

Cette mesure concerne un volume de 600.000 hectolitres de vins de table et de vins de pays rouges pour un montant de 26 millions d'euros d'aides. Les vins envoyés à la distillation seront payés 3 € le degré / hectolitre pour les vins enrichis et 3,20 € pour les autres produits. L'alcool brut issu de cette distillation sera utilisé à des fins industrielles ou comme biocarburant.

FranceAgrimer va présenter sa demande à Bruxelles d'ici la fin juin. La Commission a trois mois pour donner son feu vert. Son accord est nécessaire car les aides qui seront accordées aux viticulteurs demandant la distillation de leur vin n'étaient pas initialement prévues. Cette décision a d'ailleurs, d'après Vitisphere .com, « été âprement discutée par les membres du conseil, certains bassins de production étant opposés à cette mesure qui va ponctionner l'enveloppe nationale des crédits européens de 26 millions d'euros. »

En raison de la crise, la filière viticole est confrontée à une baisse importante des transactions depuis plusieurs mois. Ce repli a débouché sur un excédent de stock équivalent à plus de 1,5 mois de consommation. Dans le même temps, les prix des vins de table sont à la baisse. En moyenne, le prix était de 3,41 euros le litre l'an dernier. Depuis le début de l'année, la baisse s'accélère, à 3,30 euros en mai et 3,05 euros début de juin. Les prix des vins de pays rouges et rosés sont, quant à eux, quasi identiques à ceux de l'an dernier.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier