Viticulture : La percée du vin jaune, un « vin de rois », à Poligny ce week-end

B.BOUCHOT d'après AFP

Surnommé le « vin des rois et le roi des vins », le vin jaune sera célébré samedi et dimanche dans toute sa splendeur au cours de la fête de la « percée » des tonneaux qui attire chaque année quelque 40.000 visiteurs à Poligny, au coeur du petit vignoble du Jura.

Ce précieux vin jaune se savoure d'abord avec les yeux. Il tire son nom de sa robe dorée, limpide et lumineuse et son « goût de jaune », saveurs subtiles de noix et de curry, fait sa particularité. « C'est notre vin mythique, même s'il représente seulement 3% de notre production », explique Cécile Claveirole, directrice du Comité interprofessionnel des vins du Jura.

Au programme

Présentation du millésime 2003, -- année exceptionnelle de la canicule --, « mise en perce » des tonneaux et vente aux enchères de vieux vins sont au programme des festivités auxquelles participent près de 80 vignerons dans une cinquantaine de caveaux de Poligny. Vitrine du vignoble jurassien, « la percée du vin jaune permet à notre petite région viticole de maintenir son rang au travers des turbulences que connaît la profession: en France, les gens sont de plus en plus curieux de découvrir nos vins du Jura », selon Michel Thibaut, président de la percée du Vin jaune 2010.

Côté production

La production du Jura reste modeste, avec une petite vigne (2.000 hectares), -- la plus petite de France --, mais la qualité est au rendez-vous avec 98% du vignoble classé en AOC: quatre AOC géographiques (Arbois, Côte du Jura, Château Chalon et L'Etoile) et deux AOC produits (Crément de Jura et Macvin du Jura). Les rendements aussi sont faibles (80.000 hectolitres par an, soit 40 hl par hectare), mais c'est une garantie de qualité: le vin jaune doit vieillir pendant au minimum six ans et trois mois en fût de chêne, sous un voile de levures qui le préserve de l'oxydation au contact de l'air.

Côté consommation

« Par rapport à ce qui se passe dans le vignoble français, les chiffres globaux des ventes en volume sont bons. La campagne 2008-2009 a terminé en hausse de 0,83% par rapport à celle de 2007-2008 (-1,3%) », indique Marie-Christine Tarby-Maire, fille d'Henri Maire, fondateur du domaine jurassien du même nom, et présidente de l'association Vin et Société. Avec à peine 4 à 5% d'exportations, le vignoble jurassien est peu touché par la baisse de la consommation d'alcool à l'étranger, précise Mme Claveirole.

Avec à peine 4 à 5% d'exportations, le vignoble jurassien est peu touché par la baisse de la consommation d'alcool à l'étranger, précise Mme Claveirole. En outre, les consommateurs de ces vins, situés dans la moyenne et haute gamme, « n'ont pas subi d'importantes baisses de pouvoir d'achat et continuent donc d'acheter des bouteilles », ajoute-t-elle. La notoriété de la filière se diffuse aussi grâce au tourisme. Lors de la première édition des Prix nationaux de l'oenotourisme, fin janvier, la Route des vins du Jura a reçu le premier prix dans la catégorie « mise en réseau de maisons de vin avec d'autres ressources touristiques » et un hommage a été rendu à Henri Maire, l'un des pionniers de l'oenotourisme. « Le vin du Jura développe ses ventes en dehors de la Franche-Comté autour d'une mise en valeur de notre région. C'est un vin de niche, original sans être élitiste », analyse Mme Tarby-Maire.

Locomotive des vins du Jura, « le vin jaune, qui surprend parfois par son goût particulier, a permis de positionner toute la filière dans la catégorie de l'originalité et de l'élégance », selon cette experte.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier