Viticulture : Les viticulteurs alertent Bruno Le Maire sur leur situation économique

B.BOUCHOT

Le ministre de l'agriculture a reçu mercredi 29 juillet les représentants de la viticulture française. L 'AGPV (Association Générale de la Production Viticole), la FNSEA et les JA ont insisté sur la situation critique à laquelle sont confrontées les exploitations viticoles, rapporte un communiqué commun.

Demande d'un plan de soutien

Les effets de la crise étant de plus en plus difficiles à supporter (dans certains départements, en particulier dans le Sud, 65% des exploitations dégagent moins d'un SMIC de revenu), les organisations professionnelles de la viticulture ont soumis au ministère un plan de soutien à la filière.

Une prise en charge des cotisations sociales, un accompagnement de trésorerie, ou encore une assistance à l'assurance pour risque de non paiement à l'export constituent quelques une des mesures du plan proposé par les organisations professionnelles. Bruno Le Maire s'est engagé à donner des éléments de réponse après les vendanges.

Les représentants de la production viticole ont également signifié au ministre leur volonté d'être impliqué dans l'approfondissement du plan de modernisation de la filière. Ils ont aussi demandé à être associés à la future loi de modernisation agricole, actuellement en préparation. La profession viticole souhaiterait «notamment que soit mis en place un indicateur de prix pour les vins sans indication géographique».

Toutes ces mesures n'auront d'effet que si la valorisation de l'image du vin est préservée au travers des différentes politiques publiques, insiste le communiqué, faisant probablement référence aux récentes attaques en matière de santé publique face auxquelles la filière a su se mobiliser, et en particulier le projet de loi «Hôpital» de la ministre de la Santé. Bruno Lemaire a conforté les professionnels dans leur mobilisation en affirmant qu'«il n'y a pas de France sans vins français», rapportent les syndicats viticoles.

Publié par B.BOUCHOT

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier