Viticulture : Touche pas à mon pape !

SC

Des producteurs de Châteauneuf-du-Pape se sont opposés à leurs collègues viticulteurs de l'Enclave des Papes, devant le tribunal correctionnel de Carpentras. Ils leur reprochent d'entretenir avec le mot «pape» une confusion néfaste à leur propre production.

Trois producteurs de vin commercialisé sous la marque «Enclave des Papes» étaient poursuivis pour «usurpation de l'appellation d'origine contrôlée Châteauneuf-du-Pape», «publicité mensongère» et «commercialisation de vins sous une présentation de nature à créer une confusion».

«Nous n'avons jamais voulu usurper l'appellation de qui que ce soit», se défend Jacques Laurent, l'un des trois prévenus. La marque litigieuse, déposée en 1974, est utilisée par une dizaine de producteurs de Côtes-du-Rhône installés dans le canton de Valreas, regroupant cette commune ainsi que celles de Richerenches, Visan et Grillon, dans le Vaucluse.

Fiers de cette marque qu'ils voient comme le symbole de l'histoire particulière de leur territoire, possession pontificale entre 1451 et 1791, les producteurs ne souhaitent pas y renoncer.

Défendre l'AOC contre la marque

Michel Blanc, président de la fédération des syndicats de producteurs de Châteauneuf-du-Pape estime au contraire que «Le maintien de l'Enclave des Papes peut introduire une certaine dose de confusion pour le consommateur, peut-être pas dans le Vaucluse mais en Asie ou au Québec». Plus largement, il estime que son combat est aussi une défense du concept d'AOC contre celui de marque.

Le procureur de la République, Stanislas Vallat, s'est rangé du côté de Châteauneuf-du-Pape, estimant que la marque Enclave des Papes était «de nature à créer une certaine confusion dans l'esprit du consommateur». «Il y a une démarche commerciale, marketing qui n'est absolument pas innocente, une logique pour atteindre le consommateur avec ce mot magique de
'pape'», a-t-il ajouté. Il demande la condamnation des trois prévenus à des
peines d'amende allant de 3.000 à 5.000 euros.

Dans un souci «d'apaisement», il évoque toutefois la possibilité que ces amendes fassent l'objet d'un sursis.

Source AFP

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier