anonymous

Benoît Biteau : "25% de bio d’ici 10 ans ? Un objectif petit bras"

Adèle Magnard

Benoît Biteau : "25% de bio d’ici 10 ans ? Un objectif petit bras"
Benoît Biteau lors d'une conférence de presse en ligne le 26 juin.

Agriculteur et député Vert au Parlement européen, Benoît Biteau estime que les stratégies de l’Europe pour la biodiversité et l’alimentation ne sont pas assez ambitieuses. Il prône un développement généralisé de l’agroécologie.

« Quand on voit la courbe de conversion à l’agriculture biologique et la force des attentes sociétales, l’objectif de 25% de bio dans dix ans paraît vraiment petit bras », lance Benoît Biteau. Agriculteur en Charente Maritime et député européen dans le groupe des Verts, Benoît Biteau n’a pas manqué de réagir aux stratégies européennes « De la fourche à la fourchette » et « Biodiversité » lors d’une conférence organisée par l’Association française des journalistes agricoles (Afja) le 26 juin.

Dans le cadre de son « Green deal », la Commission souhaite réduire de moitié l'utilisation et le risque de pesticides d'ici 2030, une baisse de 20% de l'utilisation des engrais et un développement de l'agriculture biologique à hauteur de 25% des terres cultivées.

« C’était la trajectoire que l’on pouvait imaginer sans la stratégie européenne, estime Benoît Biteau. Le train était déjà lancé ». L’agriculteur rappelle que « des expériences réussies en agriculture biologique existent », et met en avant la sienne. En reprenant l’exploitation de son père en 2007, il est passé de la monoculture de maïs à la production d’une quinzaine d’espèces pour l’alimentation humaine, en mettant en place des techniques agroécologiques. Il explique n’utiliser aujourd’hui aucun pesticide, même autorisés en bio. La moitié de son exploitation de 250 hectares est dédiée aux cultures, le reste aux pâturages avec cinq ateliers d’élevage différents.

Conserver la productivité

« Aujourd’hui, on a capitalisé assez de solutions qui permettent de faire la démonstration que l’on peut se passer de pesticides », argue-t-il. A la question de la perte de productivité dans un système sans pesticides ni engrais de synthèse, il répond que cette question est un « faux débat » : « On veut continuer à rentrer au chausse-pied les pratiques de l’agriculture conventionnelle dans celles de l’agriculture biologique. Or, on ne peut pas se contenter de supprimer les pesticides et les engrais de synthèse pour atteindre la certification bio, sans rien changer par ailleurs. Il faut d’abord chercher des alternatives en s’appuyant sur l’agroécologie »

Et de prendre l’exemple de la culture du blé : « Pour qu’un blé issu du catalogue officiel exprime son potentiel génétique, il faut qu’il soit protégé par des pesticides et accompagné par de l’engrais de synthèse. Le même blé conduit en agriculture biologique va perdre 50% de sa productivité. Mais lorsque l’on change de ressource génétique, que l’on pratique le mélange d’espèces, l’agroforesterie, le semis direct sous couvert, etc., on règle ce problème de la productivité », explique-t-il. Le mélange de plusieurs espèces sur une même parcelle peut permettre, par exemple, de conserver le même niveau de productivité.

L’eurodéputé estime également que la PAC, telle qu’elle est orientée en ce moment, « ne correspond pas aux ambitions d’un green deal ». Il milite pour le remplacement des aides à l’hectare par des aides à l’actif, ainsi que pour l’instauration de règles de conditionnalité dès le premier pilier.

Sur le même sujet

Commentaires 44

l'utopiste

Tres bien Mich.
Quand tous nos collègues "cul terreux" comprendront ils qu'ils travaillent d'abord pour le business !!!?

Bruno 02

Si Mich était éleveur, ou agriculteur, on écouterait... Mais non, c'est un donneur de leçons à un environnement auquel il n'a jamais été confronté. Chez moi, ça s'appelle un troll, un agribasheur pour d'autres. En gros, un rigolo qui aime parler de ce qu'il ne connait pas.

mich

la concentration des élevages n'est bien sur pas la faute des éleveurs mais ce n'est pas non plus un hasard c'est le fruit de plusieurs décennies de politique qui ont été en ce sens pour facilité les profits de l'agroalimentaire de l'agrofourniture . . .on connait aussi les conséquences environnemental désastreuses pour l'environnement avec les algues vertes en Bretagne par exemple
l’éleveur et le céréalier en sont victimes tout les deux: l' agroécologie aussi utopiste puisse vous paraitre est certainement la meilleur solution pour rétablir les équilibres élevage culture.
elle vise aussi a rendre le paysan plus autonome plus indépendant ne plus être le pantin de l’agrobusiness

Panurge79

@mich, alors là c'est un comble, s'il y a moins d'élevage dans les zones céréalières, c'est de la faute des éleveurs des zones d'élevage qui ont trop intensifié. On aura tout entendu ! J'attends de voir le retournement de situation. Je rappelle que le rendement en blé bios en moyenne sur plusieurs années en France est à peine de 25 qx contre plus de 70 en non bio, alors peut-être que tous en bio la famine n'est pas si loin, et au moins peut-être y a t-il des solutions plus raisonnables en utilisant moins de produits chimiques que par le passé ou plus contrôlés. Une agriculture qui s'améliore d'année en année, une agriculture plus raisonnée, c'est peut-être ça l'avenir de l'agriculture, sans tomber dans les extrêmes comme M. Biteau et ses amis ?

mich

vous êtes dans le déni messieurs
ce monsieur biteau n'est peut être pas parfait mais le modèle agricole qu'il prône est novateur il remet notamment en cause la concentration de l’élevage dans quelque régions, qui rendent celles qui en sont dépourvus dépendante de la fertilisation chimique et par la même occasion des pesticides massivement utilisé en grandes cultures
alors vous pouvez crier a la famine mais la dangerosité de ces produits n'est plus a prouvé. vous avez peur du changement et c'est pour sa que vous campez sur vos positions. mettez plutôt votre énergie a construire un modèle agricole vertueux pour l'environnement et pour les générations futur

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires