anonymous

Ceta : Didier Guillaume tente de rassurer les agriculteurs

Adèle Magnard

Ceta : Didier Guillaume tente de rassurer les agriculteurs

Le Ceta n’est « pas une menace », a martelé le ministre de l’Agriculture sur BFMTV le 30 juillet. Insistant sur la qualité des services français de détection des fraudes, il dit comprendre la colère des agriculteurs mais condamne les violences.

Le Ceta provoque la colère des agriculteurs, d’une partie des politiques et de nombreuses associations environnementalistes et de consommateurs, mais Didier Guillaume se veut rassurant : l’accord signé avec le Canada n’est « pas une menace », a-t-il affirmé le 30 juillet dans la matinale de BFMTV. « Nous avons mis en place avec le gouvernement un comité de suivi pour vérifier qu’il n’y a pas de concurrence déloyale, et que l’on n’importe pas de produits que nous ne voulons pas », a-t-il fait savoir. Et de marteler : « la France n’importera pas l’agriculture qu’elle ne veut pas ». 

Le ministre dit comprendre les inquiétudes des agriculteurs. Il se veut rassurant : « Nous allons faire des vérifications ! Il faut y croire ! » Mais comment être sûr que des viandes issues de bêtes nourries aux farines animales ne seront pas importées en France ? « Les services sanitaires français sont les plus efficaces du monde » a assuré Didier Guillaume, prenant pour exemple le récent scandale de la viande polonaise avariée. « Quand la viande polonaise est entrée en France de façon frauduleuse, nous avons mis trois jours pour récupérer 800 tonnes de viande », a-t-il rappelé ( il s’agissait en fait de 800 kilos).  

Interrogé sur la colère des agriculteurs et ceux qui se sont attaqués à des permanences de LaREM après le vote du Ceta, il répond : « Que serait un pays si, à chaque fois qu’un député votait un texte qui ne correspondait pas à tel ou à tel, il était attaqué, montré du doigt ? Non, c’est impensable. Je veux apporter ma solidarité aux députés qui ont été visés ». « Il faut respecter la démocratie », a-t-il ajouté. 

Il a en revanche admis qu’il était « absurde » de devoir voter un traité déjà en application. « C’est un vrai problème, et ça me choque. Cela ne se passera pas comme ça pour l’accord du Mercosur », a-t-il déclaré. Une assertion qui aura toutes les peines du monde à convaincre les opposants à ces accords de libre-échange. 

Sur le même sujet

Commentaires 16

Laraison

Combien est payé notre ministre de l'agriculture pour accepter de raconter de telles âneries ? Ne pense t-il pas à la démission ?
Son rôle n'est-il pas d'embellir et promouvoir notre superbe agriculture Française ?

Les parpaings et autres bennes à fumier ne font que commencer.

Cathy

Les beaux parleurs de LAREM venez sur les exploitations agricoles pas celle que vous sélectionnées avec la FNSEA mais dans la réalité de nos petites exploitations familiales que vous êtes en train de faire crever au nom du sacré libéralisme et de l'exploitation à outrance il faut bien que ces pauvres capitalistes vivent
Nous sommes les sacrifiés des divers gouvernements français
La honte est sur vous

Figuier464

Comment peuvent t il contrôler de la viande produite de l autre côté de l'atlantique alors quil sont meme pas capable de detecter des fraudes en France ( spangero, steack haché des restos du cœur....) Des guignols

viande

Aucune aide prévue pour la sécheresse, il va y avoir des cessations d'activité ou de la décapitalisation et hop le CETA n' y est pour rien et va même permettre d'avoir de la viande gratis ( presque) pour la restauration hors foyer et sans disparition d'exploitation puisque la gestion des sécheresse aura fait le travail avant..

pessimist

65000 t d'aloyau prévus par le CETA, à 50kg par animal (en comptant d'autres morceaux nobles) cela correspond à 1,3 million de têtes qui viendront concurrencer directement l'élevage allaitant.
Cela va créer une baisse des cours de viande, un appauvrissement des éleveurs déjà malmenés, une augmentation du nombre de suicides, des enfants qui ne pourront vivre comme leurs camarades, une baisse de la surface en prairies et donc de la biodiversité animale et végétale, une pollution supplémentaire pour leurs transports.
Voilà ce qu'ont voté les députés LAREM
Une caste censée représenter les habitants d'un territoire se permet de causer la misère et le sang pour une partie de la population.
De quel côté est la violence?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires