L'agriculture en 2030: l'enseignement agricole va devoir se "verdir"

AFP

Un enfant sur une botte de paille.

L'enseignement agricole, qui compte plus de 450.000 élèves, étudiants, stagiaires et apprentis, va devoir s'adapter aux mutations à venir d'ici 2030, en prenant en compte le développement des métiers "verts", malgré de sérieuses inconnues sur l'évolution de l'agriculture, indique une étude gouvernementale.

"Le soutien au verdissement de l'économie influera sur les métiers et le marché de l'emploi (...) Le développement des métiers verts ou verdissants aura des conséquences sur l'intégration du thème de l'environnement dans les formations initiales", indique l'étude prospective réalisée par le ministère de l'Agriculture qui présente "quatre scénarios" très contrastés d'évolution de l'agriculture et de la ruralité d'ici 2030.

Deux d'entre eux plantent un décor "optimiste" en matière d'emploi pour l'avenir des zones rurales. Le premier table sur un accompagnement des "transitions" autour d'une "nouvelle économie" générée par une alimentation durable. Il parie sur le développement de l'agriculture de proximité, ou biologique, l'agro-écologie, le recyclage, la bio-industrie, et les énergies renouvelables, autour d'un tissu dense "d'industries petites et moyennes, structuré par l'écologie industrielle et l'économie circulaire".

Dans ce scénario, les emplois dans le secteur agricole et forestier "résistent d'autant plus que les modes de production intensifs en main d'oeuvre gagnent du terrain", souligne l'étude.

Le deuxième scénario, également favorable à l'emploi, parie sur des villes ayant absorbé "le tissu péri-urbain et intégrant les espaces agricoles" avec l'émergence de "pôles de compétitivité" centrés autour d'"agiles" entreprises "de tailles moyennes". Dans ce cas, collaboration, partage, mutualisation des compétences sont mises en avant, avec des exploitants "de plus en plus diplômés" qui deviendront de véritables "experts", alliant compétence technique, agronomique, écologique, électronique, et économique autour d'exploitations qui s'agrandissent.

Dans ce scénario, "les conflits d'usage entre groupes sociaux (urbains/ruraux, agriculteurs/touristes, forestiers/Protecteurs de l'environnement etc.) sont fréquents, mobilisant des compétences en médiation et en droit". Les enjeux autour de l'environnement sont "omniprésents", induisant un "verdissement des activités et des métiers".  

Deux scénarios pessimistes

Les deux autres scénarios sont plus pessimistes pour l'emploi agricole et en zone rurale. Le premier d'entre eux table sur un marché de l'emploi régionalisé et "ubérisé" où les industries agroalimentaires de transformation et les plateformes numériques pèsent sur les producteurs agricoles.

Dans ce scénario, deux types d'exploitations coexistent: des grandes, pluri-spécialisées, avec des apports externes de main d'oeuvre, et des exploitations "à taille humaine" en circuits courts. "Les compétences liées à l'automatisation, la robotique, l'intelligence artificielle et l'analyse des données sont valorisées", mais "l'agriculture et l'agroalimentaire continuent de perdre des effectifs", indique l'étude. 

Le dernier scénario mise sur le "réinvestissement du rural" par les urbains, aidés par "la tertiarisation de l'économie et le télétravail", mais passe par "la robotisation, la spécialisation des régions, et des inégalités territoriales croissantes". Face au coût élevé du foncier, les capitaux extérieurs prennent le relais des capitaux familiaux, les exploitations sous statut sociétaire "s'imposent" (SA SARL). Et "la baisse des emplois agricoles et industriels s'amplifie sous la pression de la mondialisation", note l'étude. "Partout les compétences en numérique, robotique et intelligence artificielle sont en tension".

Les deux premiers scénarios "constituent un cadre positif pour réfléchir aux transformations à conduire sur l'enseignement agricole dans les prochaines années". Les deux derniers "décrivent des futurs" que le groupe de travail d'une trentaine d'experts qui a planché avec le ministère, "a jugé non souhaitables", a précisé Muriel Mahé, du Centre d'études et de prospective du ministère.

Commentaires 19

merise330

svp occuper vous des 3 brins d herbes qui poussent dans votre pot de fleur et laissez nous nous occuper et pouvoir vivre dans nos territoires.arretez de vouloir justifier votre enorme salaire en brassant du vent et nous pondre des conneries.venez travailler avec nous nous vous apprendrons ce qu es la nature et nous partagerons notre savoir le notre pas le votre car vous n en avez pas et tout ca pour 500 euros de salaire.

merise330

laissez faire ceux qui vivent et qui travaillent avec la nature.parti comme vous etes nos campagnes seront vite desertes bienvenue a votre ami le loup qui viendra vous croquer dans vos villes car il n aura plus nos troupeaux a devorer .au lieu de penser pour nous venez nous rencontrer on vous expliquera ce qu es la veritable agriculture verte.arretez de vous masturber les meninges.vous avez la tete vide et rien de bon peut en sortir.on a jamais pu faire couler du sang d une pierre.

merise330

les penseurs n ont jamais ete les payeurs.qu es ce qu ils appellent le verdissement,le savent ils vraiment? je pense que le futur verdissement ca ne sera que de la friche.pourquoi tout simplement par ce que ca ne sera pas nos super diplomes qui viendront entretenir nos campagnes ou l on vit deja difficilement.on est dirige par des gros penseurs ecolo qui n y comprennent rien.l agriculture ne s est jamais ecrite sur du papier mais en relevant nos manches en se levant tot le matin pour affronter les aleas climatique qui eux nous gouvernent.alors messieurs les grosses tetes vides des eccolos ne vous occupez pas de ce que vous ne connaissez pas.

duracuire

ah c'est beau "le verdissement" .....faudrait il qu'il reste des etudiants a mettre sur le banc de l'école ....les lycées agricoles disparaissent a la meme vitesse que nous paysans ....le foncier fout le camp dans de grosses mains ou en zones bétonnées.....il reste les montagnes et plateaux arides ou le loup vous mange chaque jour votre troupeau .....demandez a bulot si il est aussi vert que son parc de joujoux automobiles......

DIGUE3942

ah, la belle photo; pauvre petit gar ,si tu n'as pas de revenu de travail ton rêve ne se réalisera pas. et la désertification de la campagne française avancera.......

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier