La FNSEA et les écologistes à couteaux tirés

La FNSEA et les écologistes à couteaux tirés
Mobilisation Fnsea44 et Ja44 à Nantes. "Ne mettez pas agriculture française sur la paille" (Photo facebook)

Le président de la FNSEA a lancé les hostilités en qualifiant de "djihadistes verts" les militants anti-barrage de Sivens. Depuis c'est la surenchère verbale entre écologistes et le syndicat agricole, avec quelques débordements qui en laissent craindre d'autres.

Fin octobre, quelques jours après la mort de Rémi Fraisse, l'emblématique patron de la FNSEA affirme lors d'une conférence de presse: "on est en train d'organiser des djihadistes verts", "Ce qui était présenté comme un mouvement pacifique est extrêmement bien organisé", lâchait-il. La FNSEA était passablement énervée d'être montrée du doigt, contestant que le barrage (que le syndicat considère comme une simple retenue d'eau) bénéficiera à l'agriculture industrielle.

Mardi, à la veille d'une grande mobilisation d'agriculteurs en France, Xavier Beulin a reconnu qu'il avait utilisé "un terme un peu dur" et promis que "jamais" il ne confondrait "des écologistes pacifistes (...) à ce groupe de 200 ou 300 personnes complétement incontrôlées ou sous contrôle d'on ne sait quelle organisation nébuleuse dont le QG est à Notre-Dame-des-Landes". Mais pour les écologistes le mal était fait.

Mercredi, lors de l'imposante mobilisation des agriculteurs du syndicat majoritaire et de son allié Jeunes Agriculteurs, les défenseurs de l'environnement étaient sur le pont, prêts à souligner tout dérapage.

Deux dérapages

La plupart des actions se sont déroulées dans le calme. Mais il y a eu au moins deux dérapages. Un local du parti Europe Écologie Les Verts (EELV) a été recouvert de fumier à Toulouse. Et des agriculteurs ont maltraité des ragondins, devant la préfecture de Nantes, les jetant par-dessus des grilles avant de les asperger de peinture rouge, puis de les frapper du pied, avait constaté un journaliste de l'AFP.

Sur Twitter, Emmanuelle Cosse, numéro un du parti a dénoncé "les barons de la mal-bouffe (qui) déversent leur fumier sur la France: une insulte pour tous les paysans respectueux de la terre et des hommes".

Le chef de file des sénateurs Europe Ecologie-les Verts, Jean-Vincent Placé est allé encore plus loin: "Ces pauvres types sadiques de la FNSEA qui torturent des ragondins. Les traiter de porcs serait diffamatoire vis-à-vis des animaux  # berk".

Par voie de communiqué, le parti écologiste a ensuite condamné "ces actions violentes" et "l'impunité dans laquelle elles se déroulent".

"Après l'incendie du centre des impôts de Morlaix (par des légumiers bretons en septembre, ndlr), le gouvernement était prévenu des débordements possibles, pourquoi avoir laissé faire?", s'interroge le parti, qui "s'indigne de l'absence d'encadrement et demande à ce que des sanctions soient prises".

Les contrôleurs de la police de l’eau victimes de violences

De son côté, France Nature Environnement (FNE), réseau d'associations dont faisait partie Rémi Fraisse, a elle dénoncé dans un communiqué jeudi les violences dont sont victimes les contrôleurs de la police de l'eau (Onema) quand ils vont inspecter les exploitations agricoles.

"La protection des fonctionnaires exerçant des fonctions de police et de lutte contre la délinquance environnementale est aujourd'hui compromise, de même que l'action de la justice", selon l'ONG.

Les voitures des "faucheurs" vandalisées

Et enfin, jeudi, des "faucheurs" d'OGM assurent qu'une quinzaine de leurs voitures ont été vandalisées par des agriculteurs de la FNSEA, qui les attendaient à la sortie d'une action contre un laboratoire consacré aux OGM dans le Puy-de-Dôme et appartenant à la coopérative Limagrain.

"Limagrain est une coopérative, ce sont des adhérents de la coopératives qui sont venus et la FNSEA n'a absolument rien revendiqué là-dedans", a démenti Xavier Beulin auprès de l'AFP. "Je crois qu'il faut que les choses reviennent dans l'ordre", a-t-il plaidé.

Pour lui, il faut que le droit l'emporte sur le site de Sivens. Et s'agissant des revendications des agriculteurs, il a assuré sentir "une volonté du Premier ministre d'apporter une réponse concrète et durable" à leurs problèmes.

Reste maintenant à ce que les agriculteurs, visiblement très remontés, l'écoutent sur le terrain.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 29

huari

La honte!
Et vous croyez que c'est en vous comportant comme des voyous que vous donnerez envie aux consommateurs de manger vos produits.
Ils en ont déjà marre de payer pour nos subventions, pour nos pollutions, pour les cancers provoqués par nos pesticides, il va falloir en plus qu'ils payent pour nettoyer les centre-villes.
Une bonne partie de la population en a marre de manger de la merde, d'où qu'elle vienne.
Allez donc voir les réactions des gens sur tous les sites d'information pour mesurer votre popularité.
Bravo la FNSEA de nous faire passer pour des bouseux!

marais17

la protection des fonctionnaires n'est pas compromise puisque la police de l'eau contrôle arme a la ceinture.

paysan 45

Dommage qu il faille toujours aller au clasch avec les verts.Mais sans pour autant etre de la fnsea bravo a m beulin pour avoir dit ce que beaucoup d agri meme moderes pensent . Marre de tous ces empecheurs de bosser : opposition systematique a tout projet ;contraintes supplementaires;reintroduction ou surprotection d especes nuisibles;accusations mensongeres etc :comment voulez vous construire et dialoguer sereinement pour une agriculture en plein desaroi. Ils ne s y frotte pas tous ces ecolos bobo en bretagne: preuve qu il ne faut pas toujours se laisser faire;les coop les agris ou la fnsea ont bien raison de taper un peu du point sur la table sinon on va tous se decourager a l image des bergers face aux loups

acid

les controleurs n'y sont pour rien ce sont les politiques dans leur cage dorée qui meetent en danger les controleurs ( enfin l'onema tout le mode siat que ce sont des cow boys) , quand ces controleurs arretront d'arriver comme chez des violeurs , quand les regles seront logique et applicable de maniere a etre bien comprise par tous alors un grad pas sera fait
quant aux faucheurs quand il cassent detruisent il s'agit d'acte citoyen de desobeissance civile c'est une sorte de retour de baton , apres de multiples violations de propriété privée
et malheureusement vu la tournure que prenne les choses on peut s'attendre a ce que cela soit pire finalement en bon agriculteur les gouvernement ne recoltent que ce qu'ils sement

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires