anonymous

Le Ceta haché menu par la FNB

Raphaël Lecocq

Le Ceta haché menu par la FNB

Selon la Fédération nationale bovine, la Commission européenne et le Canada pourront décider d’augmenter le volume du contingent de viandes bovines canadiennes importées... sans aucune consultation des Etats membres.

La Fédération nationale bovine (FNB) réitère son appel à ne pas ratifier le Ceta, dont le vote doit intervenir ce mardi après-midi à l’Assemblée nationale. « Il est désormais avéré que le Ceta n’apporte aucune garantie aux éleveurs et aux consommateurs sur le plan de la réciprocité des standards et normes de production : ni l’UE ni la France ne sont, par exemple, en mesure de refuser les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales », indique la FNB dans un communiqué. Si l’Union européenne interdit le recours à des protéines animales pour nourrir les ruminants, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) autorise l’utilisation de sous-produits animaux. C’est ainsi que les farines de sang et la gélatine, non vectrices de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) pourraient être utilisées au Canada et traverser ainsi l’Atlantique, dans le cadre du contingent de viande bovine exempt de droits de douanes et négocié dans l’accord Canada-UE.

Contingent pas figé ?

Autre affirmation de la FNB : le volume du contingent de viande bovine octroyé au Canada dans le cadre du CETA ne serait pas « figé » : « selon les articles 26.1, 26.2 et 30.2.2 du CETA, la Commission européenne et le Canada pourront, à travers un « Comité mixte » composé de représentants des deux parties et coprésidé par le Ministre du Commerce international du Canada et le Commissaire européen chargé du commerce, décider d’augmenter les volumes des contingents négociés, parmi lesquels celui de viande bovine, sans consultation des Etats membres via leur Parlement national et sans aucune limitation de volume », indique la FNB. « Quelle nouvelle preuve les députés de la majorité attendent-ils encore pour comprendre que le Ceta n’est pas le traité anodin, bénéfique pour le climat et l’agriculture qui leur a été présenté ? », s’interroge, dans un ultime baroud d’honneur, Bernard Dufayet, président de la FNB. « Il est urgent qu’ils refusent de se plier aux consignes pour se ranger, enfin, du côté de la cohérence et de la vérité ! ».

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires