Les filières avicoles dévoilent leur plan d’actions

AUVERGNE AGRICOLE (63) journal

En cette première année de fusion entre Auvergne et Rhône-Alpes, AFIVOL AuRA a organisé son assemblée générale dans les salons du stade Marcel Michelin à Clermont-Ferrand.
© AFIVOL

Eleveurs et entreprises avicoles de la région Auvergne-Rhône-Alpes présentent leur « plan ambition » pour la filière à l’occasion de l’assemblée générale de l’association AFIVOL.

C'est à Clermont-Ferrand, dans l’antre du rugby clermontois, au stade Marcel Michelin, que les éleveurs et les entreprises avicoles de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont tenu l’assemblée générale de leur association, AFIVOL(1).. Un lieu idéal pour renforcer «l’action collective » en faveur du développement de la production avicole régionale.

(1) AFIVOL est une association loi 1901, regroupant les éleveurs et les entreprises avicoles (couvoirs, fabricants d’aliment, abattoirs) de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a pour objet le développement de la production avicole régionale.

Un plan filière d’1,3 million d’euro

« Notre réorganisation à l’échelle de la grande région en 2017 nous a conduit à travailler tous ensemble, à nous connaître et à porter des projets communs pour nos filières avicoles régionales » s’est exprimé le président Gilles Lassus à l’occasion de l’assemblée générale d’AFIVOL. Cet engagement collectif s’est concrétisé très rapidement par un « plan ambition avicole », élaboré avec la Chambre régionale d’agriculture et le soutien du Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes.

Ce plan repose sur trois axes : renforcer la compétitivité des exploitations et des entreprises de la filière avicole (consolider la compétitivité des exploitations agricoles et des couvoirs régionaux, gérer des parcours de volailles, aider à l’aménagement des plantations) ; accompagner la performance des élevages pour réduire les charges, créer plus de valeur ajoutée (accompagner les projets de volaille chair et ponte) et développer la communication et la promotion des productions avicoles régionales (améliorer l’acceptabilité sociétale des élevages avicoles). « Ce plan, dont la gestion et l’animation sont confiés à AFIVOL, est engagé pour une durée de 3 ans à compter de 2018, et sur la base d’un accompagnement financier de 1 335 000 euros du conseil régional» précise Gilles Lassus.

Identifier les productions régionales

Cette stratégie de développement triennale s’est construite en 2017 alors que le déficit commercial des filières avicoles s’est accru au niveau national, et que les importations de viande et d’œufs en provenance de l’Europe et des pays tiers se sont multipliées. « Nous devons réa-gir ! » a clamé le président avant d’inviter les éleveurs et les entreprises avicoles à poursuivre le travail engagé et mettre en œuvre les actions du plan filière avicole. « Nous devons reconquérir le marché intérieur, surtout au niveau de la restauration hors domicile ».

L’implication d’AFIVOL dans les travaux du Conseil Régional sur le déploiement de la marque régionale « la Région du goût » et la différenciation entre « Produit ici » et « Fabriqué ici » va dans ce sens. « Cette marque peut nous permettre de développer la notoriété des viandes de volailles, des œufs et ovoproduits de la région AURA, poursuit le président. C’est une démarche intéressante qui, à terme, peut être source de valeur ajoutée pour les producteurs ». C’est d’ailleurs la vision partagée par les intervenants de la table ronde organisée sur ce sujet, en marge de l’assemblée générale d’AFIVOL. Face à une demande croissante de produits régionaux de la part des consommateurs et de la RHD, la filière volaille doit s’engager davantage dans la différenciation et l’identification locale. «La marque la Région du Goût est une chance pour les éleveurs et les entreprises avicoles de la région » selon Carlo Caschetta, directeur de l’agriculture au Conseil régional AURA. L’entreprise Bernard Royal, spécialiste de la volaille dans la Drôme, s’est engagée dans la démarche très rapidement ; « nous ne regrettons pas ce choix qui nous a permis de décrocher de nouveaux marchés » a indiqué Amandine Steiner, Responsable Projets R&D Marketing Communication chez Bernard Royal Dauphiné.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier