Le site sera indisponible aujourd'hui lundi 17 décembre à partir de 14 heures, en raison d'une mise à jour informatique. Merci de votre compréhension.

Les produits hors UE peuvent être admis comme bio sous certaines conditions (Malmström)

Les produits hors UE peuvent être admis comme bio sous certaines conditions (Malmström)

Les produits bio importés dans un pays de l'Union européenne depuis des pays hors UE peuvent être considérés comme bio à l'intérieur de l'Union sous certaines conditions, a indiqué mardi la Commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström.

"Les produits bio importés" au sein de l'Union européenne "doivent respecter les normes européennes", a dit la Commissaire lors d'une audition devant la Commission des affaires économiques et la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale française mardi. "Mais, dans le cas où il existe des accords d'équivalence avec les pays tiers, il est possible de considérer les produits bio importés aux normes des pays tiers comme bio aux normes européennes" a admis Mme Malmström, en réponse à la question d'un député.

Cette clarification intervient alors que le marché des aliments bio et la demande des consommateurs ne cessent de progresser en Europe, et que de nombreux producteurs européens s'inquiètent de voir aussi augmenter les importations en provenance de pays hors UE, avec des normes et des définitions différentes, plus laxistes.  

La Commissaire européenne a répondu en français pendant plus de deux heures à de très nombreuses questions portant sur les accords commerciaux en cours de négociation, et la politique commerciale de l'UE. Elle a notamment vigoureusement défendu le principe des accords commerciaux de libre échange, notamment celui du CETA entré en vigueur en septembre avec le Canada.

Pour l'accord avec les quatre pays du Mercosur, en cours de négociation, elle a signalé que la Commission avait pleinement "conscience" des "lignes rouges" du gouvernement français soucieux de défendre ses éleveurs bovins notamment. Au total, "nous ouvrons moins de 4% de la consommation totale bovine avec nos accords, ce n'est pas beaucoup, ce n'est pas une inondation" a-t-elle plaidé.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 7

GAD16

Sans oublier les magouilles déjà largement présentes dans les produits !

rivet124

A quand cette information au 20 heures ??

Panurge79

Et les produits interdits sur le conventionnel en France sont autorisés sur le bio dans certains pays: C'est ça la libéralisation et la mondialisation.
Rien à redire!

Pagel

Là on ne les entend pas les marchands de peur (génération futures, FNE...)! Leurs copains commerçants du bio bizness dont synabio (biocoop, léa nature,bjorg...) n'ont pas fini de s'en mettre plein les poches en trompant le consommateur.

Robin

étant donné le peu de contrôle dans les pays hors UE( par nos inspecteurs) pour vérifier si il n'y a pas de tricherie, il ya fort a parier que certains pays vont se ruer sur l'occasion. L'avenir du marché BIO ne va pas tarder a être hors de portée de nos producteurs. On ne peut pas rivaliser en terme de charges, et l'écart sera sans doute encore plus important que sur les marchandises non BIO, car les charges du BIO sont la Main d'Œuvre .....!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier