anonymous

"Macron, répond-nous !" : la FNSEA appelle à une nouvelle journée de manifestation

Pleinchamp avec l'AFP

"Macron, répond-nous !" : la FNSEA appelle à une nouvelle journée de manifestation
©Twitter/@agritof80

Obtenir de la part d'Emmanuel Macron "des réponses" : c'est le souhait de la FNSEA et des JA, qui appellent à une nouvelle journée d'actions mardi 22 octobre devant les préfectures.

Les agriculteurs de la "quasi-totalité des départements vont aller devant les préfectures de départements pour faire une opération de bâchage des préfectures, en disant : Macron, répond-nous", a déclaré à l'AFP Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA.

Lors de la dernière mobilisation nationale, le 8 octobre dernier, le syndicat majoritaire avait revendiqué quelque 10.000 agriculteurs et 6.000 tracteurs sur les routes de France. But de l'opération : "à nouveau envoyer un message fort au président de la République, pour avoir des réponses de sa part sur les sujets que nous portons depuis le début", a déclaré M. Despey. Parmi ces préoccupations : "l'agri-bashing" ou la "déconsidération" du monde agricole ou de ces pratiques. Jérôme Despey a énuméré les "intrusions" des militants antispécistes dans les élevages, "la pression sur les phytosanitaires" avec les Zones de non-traitement (ZNT) de pesticides... Il a également évoqué les "surtranspositions" de réglementation européenne, ainsi que les accords de libre-échange comme le Ceta (accord UE-Canada), auxquels ils sont "totalement opposés".

Hasard du calendrier, lors d'un bilan de la loi Alimentation sensée rééquilibrer les relations commerciales entre producteurs, industriels et distributeurs, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a reconnu ce matin que "le compte n'y était pas s'agissant de la rémunération des agriculteurs.

Mardi, les agriculteurs n'entendent pas bloquer le pays : "le but, vraiment, c'est d'aller devant le lieu symbolique de l'Etat qu'est une préfecture pour dire : Macron, répond nous, répond à cette détresse que vivent les paysans", a appuyé Jérôme Despey.   

Sur le même sujet

Commentaires 5

BANANE381

Rien à faire, nous représentons le secteur primaire et nous sommes considérés comme des êtres primaires, nous livrons une production et nous sommes facturés au prix que l'on veut bien nous octroyez. Cela depuis la nuit des temps, syndicat ou pas !!!!!!

Sined

Si manifester c’est aller danser la farandole a notre dame des landes c’est pas mieux!!
Si votre plus grand adversaire est la fede on retrouve bien l’egoisme des gauchos...

Jean

Ras le bol du "fédé bashing", j'assume être agriculteur avant paysan. Vous voulez quoi? des micro exploitations vivrières sans autre ambition que survivre au pays. Si tel est votre souhait , faites le POUR VOUS! si un jour vos gosses vous laissent trimer sur ces exploitations pour aller vivre mieux ailleurs , il ne faudra pas vous étonner
D'autres peuvent avoir d'autres projets, respectez le !
Juridiquement nous sommes tous des chefs d'entreprise, même si ce mot vous fait vomir

paysan bio

tient, la fnsea parle de paysan et non d'exploitant agricole ou chef d'entreprise! je vois encore cet automne plein de prairies devenue jaune glyphosate,est il impossible de labourer une prairie sans desherber?quand je vois les demandes d'autorisation d'exploiter avec des demandes de 30,40,60,100 ha supplémentaires!Tout ceci n'est pas en opposition avec l'agriculture paysanne.Fnsea,assumez que vos dires ne correspondent pas à ce que vous faites ou bien dites tout simplement que vous vous êtes trompés et allez! devenez paysan en prenant soin de lire la charte "agriculture paysanne"

Chable 533

Le 22 octobre il y a beaucoup plus important rendez vous a bruxelles pour une manifestation « Pour une autre PAC » mais ou est le syndicat majoritaire ou ce qu’il en reste ...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires