anonymous

Nicolas Girod élu à la tête de la Confédération paysanne

Avec l'AFP

Nicolas Girod élu à la tête de la Confédération paysanne
Nicolas Girod, nouveau porte-parole. Crédit : Confédération paysanne/Andréa Blanchin

Nicolas Girod a été élu le 15 mai porte-parole de la Confédération paysanne, succédant à Laurent Pinatel, à sa tête depuis 2013.

Nicolas Girod, 41 ans, éleveur dans le Jura, qui produit du lait pour faire du Comté et du Morbier, milite à la Confédération paysanne depuis son installation en 2001. "Je suis tombé dedans quand j'étais petit", raconte-t-il pour expliquer son engagement syndical. 

M. Girod assure même avoir monté son exploitation en GAEC avec son frère dans cet esprit-là : "Avec une quarantaine de vaches à deux, tout en herbe, nous avions la volonté de construire une ferme pour partager le travail et dégager du temps pour la coopérative (dont son frère est président) et le syndicat".

La Confédération paysanne voudrait arriver à un total d'un million de paysans et de paysannes installés en France. "C'est cohérent par rapport à nos besoins alimentaires, et de vitalisation de la ruralité", déclare M. Girod. Le nombre total de chefs d'exploitation agricole en France s'est réduit à 448.500 en 2018, selon des statistiques de la Mutualité sociale agricole (MSA), les nouveaux arrivants ne suffisant pas à remplacer les départs.

Dans le contexte des élections européennes et de réforme de la politique agricole commune (PAC), le syndicat veut replacer la valorisation de l'emploi paysan comme un enjeu majeur et demande "le plafonnement des aides à l'hectare", avec une "plus forte majoration des premiers hectares", ainsi que des aides pour les petites exploitations.     

Le syndicat revendique plus de 20% des voix lors des élections aux chambres d'agriculture de janvier en comptant les listes d'union.

Sur le même sujet

Commentaires 4

Jean

C'est vrai qu'avec du lait valorisé à 550€ les 1000 l on peut sûrement vivre sur 20 Ha
C'est un marché spécifique , bien géré , je respecte...
De là à dire que c'est le modèle unique généralisable pour toutes les productions , j'ai les plus grands doutes quand je vois vers quoi se tournent les consommateurs

viande

1 millions de paysans c'est faisable, sachant que tu ais 40 ou 100 vaches allaitantes tu as le même revenu, la seule différence se sont les heures de travail; et le recours à la mécanisation qui est différente.

gege17

pour avoir 1 millions de paysans en france il faudrat faire pousser des carottes sur les hlm et les payer au prix du caviar,c'est mal parti.

Chable 533

C’est agreable de voir un representant syndical avec le sourire. Totalement d’accord avec ces propos ce dont a besoin l’agriculture c’est de paysans.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier