anonymous

Pays de la Loire - L’Agence de l’eau Loire-Bretagne démarre son 11e programme

Catherine Perrot

Pays de la Loire - L’Agence de l’eau Loire-Bretagne démarre son 11e programme
20190124_carte.jpg - ©

Près de 2,3 milliards d’euros pour l'eau, la biodiversité et l’adaptation au changement climatique : c’est la somme qui sera allouée à l’ensemble des actions du 11e programme de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, qui s’étendra de 2019 à 2024.

Le programme 2019-2024 vient d’être présenté à Nantes dans les locaux de la délégation Maine-Loire-Océan de l’Agence de l’eau. Alimenté par les redevances payées par chaque utilisateur, ce programme  sert à financer la reconquête de la qualité de l’eau
Ce 11e programme se veut sélectif, incitatif et territorialisé. Sélectif, car il se concentre sur trois enjeux prioritaires : la lutte contre les pollutions mobilise plus d’un milliard d’euros d’aide sur six ans ; la qualité des milieux aquatiques et de la biodiversité associée bénéficie de 295 millions d’euros d’aide sur six ans ; le partage de la ressource en eau et l’adaptation au changement climatique se voit attribuer 154 millions d’euros.
Le programme se veut aussi incitatif car il peut comporter des taux élevés : maximal à 70 % ; prioritaire à 50 % et d’accompagnement à 30 %. Il souhaite aussi territorialiser son action, en nouant des partenariats au niveau régional et départemental, au service d’une meilleure articulation des politiques de l’eau et en signant des contrats territoriaux pour définir des programmes d’actions intégrés.
281 millions pour lutter contre les pollutions agricoles
Le milliard d’euros alloué à l’enjeu « lutte contre les pollutions » se ventile en 652 millions d’euros pour lutter contre les pollutions d’origine domestique, 117 millions d’euros pour lutter contre les pollutions des activités économiques et 281 millions d’euros pour lutter contre les pollutions agricoles. Sur ce dernier volet, les aides vont particulièrement être recentrées sur les masses d’eau dégradées ou en risque, ainsi que sur les zones protégées (ex : les eaux de baignade...).
Mieux gérer les quantités
Le secteur agricole est également très concerné par la priorité autour de la gestion quantitative de la ressource en eau. Au regard du changement climatique et de l’augmentation des populations, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne estime que « les prélèvements sont trop importants dans les zones de répartition des eaux (ZRE) ». Les collectivités seront aidées pour améliorer leur stratégie d’action autour du réseau de l’eau potable et pour faire des économies d’eau.
Cette vague d’économie touchera aussi les agriculteurs : dans les contrats territoriaux, des aides seront ciblées vers le changement de pratiques et de systèmes, avec un volet gestion quantitative. D’autres aides concerneront la création de réserves de substitution, mais « uniquement en zone de répartition des eaux dans le cadre de contrats territoriaux de gestion quantitative respectant les instructions ministérielles ».
Agir dès que possible
L'équipe de l'agence est prête à instruire les projets d'actions. Les formulaires de demandes d'aide et les fiches actions sont publiés sur le site aides-redevances.eau-loire-bretagne.fr. Ces dernières sont présentées par bénéficiaire : collectivités, entreprises, agriculture, associations, particuliers. Pour lire et télécharger l’ensemble du programme et les fiches actions, cliquer ici.
 

Source Agri44

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires