anonymous

Pesticides : des députés proposent une expérimentation pour sortir "de l'affrontement"

Pleinchamp avec l'AFP

Pesticides : des députés proposent une expérimentation pour sortir "de l'affrontement"

Des parlementaires dont Matthieu Orphelin (ex-LREM) proposent d'expérimenter dans 200 territoires une "sortie des phytosanitaires" par des bonnes pratiques, avec une aide financière de l'Etat.

Un amendement en ce sens, cosigné par les députés LREM Sandrine Le Feur, Jean-François Cesarini, Barbara Pompili et Guillaume Gouffier-Cha, et soutenu par le sénateur Joël Labbé (RDSE), sera déposé pour la deuxième partie du projet de loi de finances 2020 (dépenses) prochainement examiné en commission. Il propose d'allouer 50 millions d'euros dans la mission agriculture du budget pour permettre cette expérimentation.

"Au motif de préservation de la santé de leurs administrés, des maires et élus locaux prennent des arrêtés à 150 mètres, dépassant leurs prérogatives (...) A l'opposé, le gouvernement envisage des distances minimales de 10 à 5 mètres, voire moins en cas de chartes locales, suscitant l'interrogation des citoyens", constate dans un communiqué Matthieu Orphelin, appelant à mettre fin "à cette spirale d'incompréhension". "Il faut avoir une réflexion plus générale, sortir de ce débat sur les distances, adopter une approche plus résolue et globale", a expliqué à l'AFP ce député proche de Nicolas Hulot, siégeant au groupe Libertés et territoires.

Pour ce faire, il propose que l'État lance dès 2020 le déploiement de 200 territoires "AMBITION + pour sortir des pesticides". "Sur ces 200 territoires (commune ou groupement de communes), des moyens nouveaux seront accordés aux agriculteurs et viticulteurs pour accélérer leur sortie des phytosanitaires", explique le député du Maine-et-Loire, évoquant "des changements de pratiques, des rotations des cultures, de nouveaux équipements ou expérimentations ou encore des zones sans pesticides de synthèse à bonne distance des habitations".

Sur le même sujet

Commentaires 20

Garine

Petit rappel a @44. les tueurs de peste végétale ont été utilisés dans les années 50 , certes pour augmenter les rendements : l'Europe avait faim ; mais aussi pour éradiquer les accidents alimentaires :ergot et champignons des céréales par exemple.
Pour ma part je préfère avaler quelques micro grammes de pesticides que des grammes de mycotoxines et ça fait 37 ans que je suis paysan.

@44

moi, je ne balance pas mon doliprane a la gueule de mon voisin, je l'avale, et a part si j'eternue sur mon voisin, il ne sera jamais impacté par mon medicament humain. Donc arretez de dire que vos PESTICIDES sont des "medicaments des cultures", ce sont des biocides dangereux pour l'environnement, ceux qui les epandent (les agris) et ceux qui les inhalent (les voisins et les agris). Certes, il n'y a pas que les agris qui en utilisent, mais en proportion, ce sont quand meme eux les plus nombreux. Donc prenez votre part du probleme sans vous cacher derriere votre petit doigt

Fg

Les élues ratissent large pour surfer sur la vague écolo en vue d'élection à venir....

digue3942

il existe déjà une loi qui parle de l'antériorité c'est à dire qui est là le premier ;mais la société de loisir veut absolument ignorer cette réalité .

ecume

enfin on pourras prouver que l industrie de l agrochimie n est qu une esgrouffe qui communique tellement bien que l on croient que leurs poisons sont nécessaires ( acheter nos intrants pour produire plus pour vous acheter vos recoltes moins cheres ) merci petits paysans et bon moral dans l artifice

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires