anonymous

Pesticides : des députés proposent une expérimentation pour sortir "de l'affrontement"

Pleinchamp avec l'AFP

Pesticides : des députés proposent une expérimentation pour sortir "de l'affrontement"

Des parlementaires dont Matthieu Orphelin (ex-LREM) proposent d'expérimenter dans 200 territoires une "sortie des phytosanitaires" par des bonnes pratiques, avec une aide financière de l'Etat.

Un amendement en ce sens, cosigné par les députés LREM Sandrine Le Feur, Jean-François Cesarini, Barbara Pompili et Guillaume Gouffier-Cha, et soutenu par le sénateur Joël Labbé (RDSE), sera déposé pour la deuxième partie du projet de loi de finances 2020 (dépenses) prochainement examiné en commission. Il propose d'allouer 50 millions d'euros dans la mission agriculture du budget pour permettre cette expérimentation.

"Au motif de préservation de la santé de leurs administrés, des maires et élus locaux prennent des arrêtés à 150 mètres, dépassant leurs prérogatives (...) A l'opposé, le gouvernement envisage des distances minimales de 10 à 5 mètres, voire moins en cas de chartes locales, suscitant l'interrogation des citoyens", constate dans un communiqué Matthieu Orphelin, appelant à mettre fin "à cette spirale d'incompréhension". "Il faut avoir une réflexion plus générale, sortir de ce débat sur les distances, adopter une approche plus résolue et globale", a expliqué à l'AFP ce député proche de Nicolas Hulot, siégeant au groupe Libertés et territoires.

Pour ce faire, il propose que l'État lance dès 2020 le déploiement de 200 territoires "AMBITION + pour sortir des pesticides". "Sur ces 200 territoires (commune ou groupement de communes), des moyens nouveaux seront accordés aux agriculteurs et viticulteurs pour accélérer leur sortie des phytosanitaires", explique le député du Maine-et-Loire, évoquant "des changements de pratiques, des rotations des cultures, de nouveaux équipements ou expérimentations ou encore des zones sans pesticides de synthèse à bonne distance des habitations".

Sur le même sujet

Commentaires 20

NOUNET

Et les medicaments dans tout ça,qui sont directement ingéres dans l organisme des gens et qui se retrouvent dans les eaux usées.Combien de morts avec les medicaments?
De cela, on en parle pas, n es pas.

angegardien

face à tous ces gens qui nous montrent du doigt, une chose à faire qu on arrête de prendre les boues des villes, car @44 car quand tu vas au toilettes tu pollues et c'est nous agri qui épandont votre MERDE dans nos champs!!!
IL FAUT ARRETER DE PRENDRE LES BOUES DES VILLES

badlnpn

Cher Gilbert, en effet, 80% hors cible, le gars a monté les portes jets à l' envers; mais je suis preneur de techniques alternatives efficaces

Gilbert

A priori, on ne connaît pas toutes les conséquences des produits phytosanitaires pulvérisés. Quoi qu'il en soit, même si on ne voit pas concrètement toutes les dérives, on sait que 30 à 80 % des molécules sont redistribuées dans l'air après pulvérisation. Donc tout le monde en profite et l'eau est contaminée aussi de cette façon.
La solution est donc une diminution drastique des quantités épandues et une utilisation réelle des solutions agronomiques. Il y a des techniques alternatives pour éviter le plus souvent carie et mycotoxines.

Ad63

Wouah @44 est un mutant ni il pisse ni il chie et surtout comme tous il voit pas plus loin que son nez et moi je pollue pas c'est les autres

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier