Pesticides : le gouvernement veut améliorer la reconnaissance des maladies professionnelles

Pesticides : le gouvernement veut améliorer la reconnaissance des maladies professionnelles

Le gouvernement a indiqué vouloir améliorer la reconnaissance des maladies professionnelles liées aux pesticides en approfondissant les travaux sur les expositions à ces produits, dans un communiqué publié mercredi.

Afin de mieux prendre en charge les maladies professionnelles liées aux pesticides, les ministres de la Santé, de l'Agriculture, du Travail et de la Recherche "souhaitent approfondir les travaux actuellement menés sur les expositions à ces produits". Pour fournir un appui scientifique à ces travaux, Agnès Buzyn, Stéphane Travert, Muriel Pénicaud et Frédérique Vidal ont missionné l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), pour qu'ils fournissent une étude actualisée des liens entre pathologies et exposition professionnelle aux pesticides.  

Un rapport relatif à la création d'un fonds d'aide aux victimes de produits phytopharmaceutiques préconise d'améliorer en priorité le système de réparation pour les victimes, dans le cadre des régimes accidents du travail et maladies professionnelles, en assurant une meilleure prise en charge des maladies professionnelles. Or, selon les ministres, "cette amélioration pourrait passer par la création ou l'actualisation des tableaux de maladies professionnelles ou par la diffusion de recommandations à destination des comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) pour harmoniser les décisions de reconnaissance pour les maladies professionnelles ne relevant pas des tableaux".   

EPI

En outre, un travail de concertation sera mené avec les représentants des organisations agricoles afin d'étudier les pistes d'amélioration éventuelles de la prise en charge des maladies professionnelles pour les exploitants, souligne le communiqué. Le ministère de l'Agriculture va également lancer une campagne de communication visant à promouvoir le port d'équipements de protection individuelle (EPI) phytopharmaceutiques.

La feuille de route du gouvernement en matière de prévention des effets des produits phytopharmaceutiques sur la santé est actuellement soumise à concertation. Elle permettra de mieux connaître les liens entre pathologies et exposition, mais également de développer les actions de protection des travailleurs et des populations, selon le gouvernement.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier