Présidentielle : quel candidat soutiennent les syndicats agricoles ?

Lise Monteillet

Présidentielle : quel candidat soutiennent les syndicats agricoles ?

Tandis que le Modef appelle à « faire barrage » au Front national en votant pour Emmanuel Macron, la FNSEA se garde d’apporter un soutien explicite au candidat d’ « En marche ». Mais son plaidoyer en faveur de l’Europe vient en opposition avec un retour à une « politique agricole française », la fameuse « PAF » promue par Marine Le Pen.

Phil Hogan met en garde contre le vote Le Pen

"Un vote pour Marine Le Pen, c'est un vote en faveur d'une perte de revenu agricole", a expliqué M. Hogan devant quelques journalistes à Bruxelles, préconisant que les agriculteurs français choisissent plutôt Emmanuel Macron. Phil Hogan, qui s'est rendu en France six fois dans les six derniers mois, avait déjà pris position avant le premier tour contre le programme de Marine Le Pen, qui veut transformer la Politique agricole commune (PAC) en "Politique agricole française". Le commissaire irlandais a jugé mercredi que les agriculteurs français pourraient subir le même sort que leurs homologues britanniques, fragilisés par le Brexit.

Ces derniers "n'ont pas de garantie à l'avenir sur le régime de paiement de base ni sur les filets de sécurité en matière de revenus", a-t-il expliqué. Si la France se retrouvait "isolée" à la suite d'une politique protectionniste, les "opportunités commerciales" viendraient à manquer alors même que le pays est le premier exportateur de produits agricoles dans l'UE, a-t-il poursuivi.

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, estime qu’il faut « rester au sein d’une Union européenne qui apporte beaucoup à l’agriculture, tout comme celle-ci apporte à l’Europe », dans un article publié dans Ouest France jeudi 27 avril. À quelques jours du second tour de l'élection présidentielle, les agriculteurs devront choisir entre les deux candidats qui restent en compétition : Emmanuel Macron et Marine Le Pen. 

La présidente de la FNSEA met en garde contre l'idée de sortir de l'Union européenne : « que restera-t-il des 8,7 milliards d’euros de subventions communautaires à l’agriculture française, alors que la frappe budgétaire nationale n’est que d’un milliard ? » Jérémy Decerle, le président des Jeunes agriculteurs, affiche une position identique . « Impossible (…) de ne pas rester bouche bée quand on entend les nombreuses remises en cause de l’Europe, une échappatoire facile pour beaucoup de démagogues », écrit-il dans une tribune publiée dans Libération.

Ces deux syndicats ne sont pour autant pas satisfaits par l’Union européenne actuelle. La FNSEA est « très lucide sur les défauts de l’Union européenne en matière fiscale, sociale, normative », précise Christiane Lambert dans Ouest France.

La Coordination rurale pour « un protectionnisme éclairé »

Bernard Lannes, le président de la Coordination rurale, ne donnera donc aucune consigne de vote, bien qu’il se déclare être « un européen convaincu ». « On n’est pas d’accord avec la PAF », ajoute-t-il. Celui-ci appelle cependant à mettre en place « un protectionnisme éclairé », citant en exemple la position de Donald Trump sur le sujet. Bernard Lannes précise : « il n’est pas question de fermer les frontières, mais d’arrêter les échanges bilatéraux qui nous tuent ».

La Confédération paysanne opposée à l’extrême droite

Porte-parole de la Confédération paysanne, Laurent Pinatel appelle « à ne pas donner de voix au Front national », même s'il « peut comprendre la colère nationale ». Il estime qu’il est « illusoire de faire croire qu’en sortant de l’Europe, cela va aller mieux ». Ce discours n’est « pas responsable » selon lui. Le leader syndical estime que la Front national véhicule des valeurs de « xénophobie » et de « haine » incompatibles avec les valeurs de la Confédération paysanne. Néanmoins, le projet « ultralibéral » d’Emmanuel Macron ne lui convient pas davantage…

Le Modef votera Emmanuel Macron

Seul le Modef appelle explicitement à voter pour Emmanuel Macron dans un communiqué : « le Modef ne se reconnaît pas dans la politique libérale portée par Emmanuel Macron mais, face aux dangers véhiculés par les négationnistes « LePennistes » et à la mémoire de ceux, trop nombreux, qui ont perdu la vie pour préserver nos libertés et la grandeur de la France, nous lui accorderons nos suffrages ».

Pour en savoir plus : Présidentielle : le programme agricole des candidats passé au crible

Sur le même sujet

Commentaires 6

@robin

Soyons réaliste le fn a. Un programme ridicule, macron est là pour finir le plan social de l agriculture , il te dira c comme ca , attali te dira que c est un détail , une part d agriculture familiale qui les arrange, imaginez le cout de la nourriture si ont remplaçait une famille de paysan par des fonctionnaires une part d industrie avec les amis de macron qui viennent s accaparer les terres, une part de bio pour la vitrine , enfin en marche c pompili rugy Lepage écolo, et allain fnsea, bourroleau lobby du vin les contraires

duracuire

nous sommes si peu nombreux que nos votes n'ont plus aucun effet sur l'election de l'un ou de l'autre , et on a perdu jeannot Lassale ....

ghpalu

on aura no prime ca r il manque 9 millares qui revienne pas de l europe et que la france verse alors arreter avec ça peu etre il se fon du souci car les enveloppe de dessou de table!!!!!! il les auront plus

DIGUE3942

le libéralisme nous tue; macron en est le chef de fil...

@robin

une majorité ? suite à un sondage ? quel pourcentage ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier