anonymous

Prolongation du glyphosate: l'UE repousse sa décision, peut-être à mai

Prolongation du glyphosate: l'UE repousse sa décision, peut-être à mai

La Commission européenne a dû reporter mardi un vote sur sa proposition de prolonger l'autorisation du glyphosate, faute de majorité après que plusieurs pays européens ont rejoint le camp des opposants à cette substance soupçonnée d'être cancérigène, selon des sources concordantes.

Les avis scientifiques divergent sur cette substance active largement utilisée dans les pesticides, et notamment dans le Round Up du groupe Monsanto.

Malgré un avertissement du Centre international pour le cancer (CIRC), une agence de l'OMS, l'Autorité européenne de sécurité des aliments, l'Efsa, a estimé "improbable" son risque cancérogène. C'est sur la base de cet avis que la Commission a décidé de proposer un renouvellement pour quinze ans.

Mais finalement cela "n'a pas été soumis au vote" à l'occasion d'une réunion d'un comité d'experts représentant les 28 Etats membres de l'UE, lundi et mardi à Bruxelles, a indiqué une source diplomatique à l'AFP.

Selon deux sources diplomatiques, la majorité qualifiée (55% des Etats membres représentant 65% de la population de l'UE), nécessaire à son adoption, n'a pas pu être atteinte.

L'exécutif bruxellois a refusé mardi de formellement confirmer que le vote sur sa proposition, qui avait déclenché un concert de protestations d'ONG et d'eurodéputés, avait été reporté.

"Les services de la Commission et les Etats membres ont discuté de la façon d'aller de l'avant à ce sujet", a déclaré une source à la Commission, soulignant qu'il "reste du temps pour de plus amples discussions", puisque l'échéance pour renouveler l'autorisation du glyphosate n'expire que "fin juin".

Le comité d'experts compétent se réunira à nouveau les 18 et 19 mai, mais "si besoin, cette question peut être soulevée (...) avant", a-t-elle précisé.

L'issue de ce vote semblait incertaine dès la semaine dernière, après que les Pays-Bas eurent indiqué qu'ils demanderaient un report, tandis que la France, la Suède et l'Italie avaient prévenu qu'elles voteraient "non".

Il semblerait que l'Allemagne, où les écologistes font âprement campagne contre cette substance, ait également été en faveur d'un report.

"Malgré le fait que la Grande-Bretagne et la Commission européenne s'associent pour défendre les intérêts de Monsanto, les gouvernements en Europe ont refusé de faire de leurs populations des rats de laboratoire en approuvant une nouvelle licence pour le glyphosate", s'est félicitée mardi Alice Jay, de l'ONG Avaaz, qui a recueilli 1,4 million de signatures contre le renouvellement du produit.

Monsanto, de son côté, a défendu l'utilisation de ce désherbant et le "processus rigoureux et transparent" auquel il a fallu se soumettre pour cette procédure de ré-autorisation sur le marché européen.

"Les travaux menés par les experts européens ont constitué une des évaluations scientifiques les plus complètes et approfondies d'une substance active à ce jour", a plaidé le géant américain dans un post sur son blog. 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 89

juliotouk

@a c'est très bien dit tout ça. Quand on dit ça on se fait accuser de mafieux complices des firmes phytos alors que c'est juste une réalité de terrain et je suis tout à fait d'accord là dessus. Ddx pareil, qui sait peut-être un jour ces pseudos ecolos enleveront leurs oeillères

abdul

@gigi45: cela me fait toujours un peu sourire, vous parlez de lobby écologiste.....si on comparait le lobby écolo et le lobby agro-chimique. Déjà parlons des moyens qui ne sont pas comparables, il suffit de comparer les budgets des partis écologistes et autres ong à ceux des multinationales dont nous parlons.
Deuxièmement, comparons les motivations.D'un coté, les écologistes qui cherchent de la lisibilité médiatique et de la crédibilité auprès de leurs électeurs. De l'autre coté des milliards en jeux et des cotations boursières très attentives.....
Pour ma part il me semble que la balance n'est pas très équilibrée.
Très sincèrement, qu'en pensez vous?

gigi45

L'opinion publique , elle se façonne. Les média du service public noyautés par la mouvance écolo y est pour beaucoup. Il y a heureusement des gens qui sont capables de rétablir la vérité sur la nocivité des pesticides . Il suffit juste de faire entendre leur voix. Consultez le site de l'Association française pour l'information scientifique:
http://www.pseudo-sciences.org/

ddx

les abus ont qd meme eu lieu dans les année 80 90, depuis tt les produits les plus nocif ont été interdit, aujourdui il y a le certyhito , on traite plus a la légère comme avant, il y a aussi le controle pulvé, rien que pour acheté les phyto , on y passe l après midi pour tout voir parcelles par parcelles, avant c était baclé en une demi heure.
SI tte le monde fait du bio , les cours vont chuté et il ne seront plus rémunérateur( c est ce que craint la filère lait bio en ce momment car il ont plein de demande car le lait est plus cher),pour passer en bio et que sa marche il faut le faire par conviction et non pas par l atrait de prix rémunérateurs
moi je prend tout les problèmes de pollution dans leur globalité et je ne voit pas pourquoi on demanderai plus d effort en matière d environnement a l agriculture qu au autre secteur
en bio il faut aussi penser global, moumi préfert du manger des pommes bio importée du chili ou des pommes conventionnelles en direct chez ton voisin arbo?ou du fromage de chèvre bio fabriquer industriellement issu d un élevage de 10000 chèvres importé des pays bas, ou chez le petit producteur fermier conventionnel de ton village ou canton qui n a que trente chèvres?
le plus gros problème des pesticides est qd meme bien en arbo et viticulteur et c est a cause de cà que les agriculteur sont les premiers utilisateur d europe,

a

@moumi, l'augmentation des pesticides peut ce résumer à une plante le colza.
Quand tu fais du maïs tu as 1 à 2 désherbants (à l'époque ou on avait droit à l'atrazine c'était une intervention 1 litre d'atrazine 0.25 mikado et 0.25 pampa, les molécules modernes ont moins de rémanences ce qui augmentent la fréquence des passages) .
Quand tu fais du blé ou de l'orge, tu as 1 à 2 désherbants et 2 à 3 fongicides.
Quand tu fais du colza tu as 1 à 2 désherbants, 1 à 2 fongicides et 2 à 3 insecticides (en gros la moitié des insecticides c'est la maraichage et les fruits, l'autre c'est presque exclusivement le colza).
Par conséquent quand on arrête le lait, on remplace la tête de rotation maïs par du colza ce qui a 2 conséquences:
la première c'est qu'on passe de 2 interventions à au moins 6 interventions,
la deuxième c'est qu'on a plus que descultures d'autonomes, par conséquent on a plus de résistances sur les graminées d'automne et moins de stratégies agronomiques, donc plus de désherbages.
Le meilleur moyen de limiter les interventions c'est de redonner un prix (et non des subsides) aux cultures de printemps, or le maïs grain ne vaut rien, pareil pour les pois, la féverole, le soja c'est juste pour le sud (et en zone euro mieux vaut importé du soja en dollars) et avoir des stratégies d'intervention nouvelle pour les insectes(épandage de phéromone, favoriser les auxiliaires, etc...).
Tout le problème de l'agriculture c'est qu'on fait des trucs bons, les adventices trouvent aussi que nos sols sont bien préparés, les corbeaux trouvent que nos maïs sont bien appétissant, comme les parasites pour le colza et les protéagineux.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier