anonymous

Réforme de la PAC : pas de position commune de l'UE avant l'été

AFP

Réforme de la PAC : pas de position commune de l'UE avant l'été

Les 28 ministres de l'Agriculture de l'Union européenne ne parviendront pas avant l'été à une position commune, même partielle, sur la réforme de la Politique agricole commune (PAC) après 2020, ont-ils constaté lors d'une réunion informelle le 4 juin à Bucarest.

"Stratégiquement, les Etats membres pensent qu'il faudrait savoir ce que contient le cadre financier pluriannuel avant de tirer des conclusions politiques", a résumé le commissaire européen à l'Agriculture Phil Hogan à l'issue de cette rencontre.

Un an après que la Commission européenne a dévoilé sa proposition pour "moderniser" la PAC à partir de 2021, les ministres de l'Agriculture préfèrent attendre de connaître les détails du budget 2021-2027 de l'UE avant de définir leur position de négociation avec le Parlement européen. La grande interrogation porte sur le montant qui sera accordé à la PAC : l'exécutif européen plaide pour des coupes dans l'enveloppe, dénoncées par une vingtaine de pays membres dont la France. Actuellement, la politique agricole commune représente un peu plus d'un tiers du budget général de l'UE.

"Il reste encore du travail sur les plans stratégiques, vu que tout cela est lié à la décision sur le cadre financier pluriannuel", a expliqué le ministre roumain de l'Agriculture Petre Daea. La Roumanie, dont le pays tient la présidence tournante de l'UE jusqu'à fin juin, avait pour objectif de faire adopter par les 28 une "orientation générale partielle". Mais elle se contentera d'un rapport sur les progrès accomplis dans les discussions entre Etats membres.

Liste d'objectifs pour les Etats

L'une des mesures qui fait encore l'objet de réserves et de discussions est l'idée de la Commission d'introduire un système où les objectifs généraux sont fixés à Bruxelles, desquels découlent une liste de mesures et d'indicateurs quantifiables. Les Etats membres piocheraient dans cette liste pour atteindre les objectifs. Celle-ci serait détaillée dans des plans stratégiques nationaux, examinés et validés par l'exécutif européen.

Les discussions au Parlement européen, qui étudie le texte en parallèle, sont pour l'instant au stade de la commission Agriculture. Celle-ci a défini une position qui n'a pas pu être confirmée en séance plénière avant la tenue des élections européennes. Il appartiendra aux présidents des groupes politiques de la nouvelle assemblée élue de décider du sort des positions définies par cette commission.

Celle-ci s'est par exemple prononcée en faveur d'un plafonnement des paiements directs aux agriculteurs à 100.000 euros sous conditions et à une réserve de crise d'un budget initial de 400 millions d'euros, explique le Parlement dans un communiqué de presse. Les parlementaires souhaitent par ailleurs dédier "au moins 30% du budget lié au développement rural à des mesures environnementales et climatiques, et pas moins de 20% des paiements directs à des programmes écologiques".

Ils ont en outre approuvé le passage au système basé sur les performances et des plans stratégiques nationaux, mais en demandant un report de ce nouveau modèle à 2022. Ils veulent encore étendre à tous les secteurs le système de gestion de l'approvisionnement, actuellement réservé aux éleveurs laitiers produisant volontairement moins en cas de crise. Ou encore autoriser le principe de l'intervention publique pour de nouveaux produits comme le sucre ou la viande ovine et porcine.

Sur le même sujet

Commentaires 1

reflexion

L'agriculture européenne et surtout française meurt a petit feu ou plutôt a grand pas ainsi que ses agriculteurs. Combien vivent durablement de leur ferme? Cela fera la part belle aux importations et là, personne ne critiquera puisque personne ne sait comment cela est produit. Comment peut-on définir une agriculture et en même temps importer les produits d'une autre agriculture. Pour mémoire 1000 kg de blé valait environ 1300f soit 200€ il y a 35 a 40 ans. Actuellement il vaut 160€ donc moins cher. Pourquoi les agriculteurs doivent ils être payés sur ces bases, et le reste de la société ? Les grand perdants de la" PAC "son les agriculteurs, ensuite les consommateurs parce qu'ils mangeront ce que nous importerons.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires