anonymous

Retrait de 36 produits à base de glyphosate en France

Pleinchamp avec l'AFP

Retrait de 36 produits à base de glyphosate en France

L'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé le 9 décembre le retrait de 36 produits à base de glyphosate, ce qui représente près des trois quarts des tonnages de produits utilisés en 2018.

Actuellement, 69 produits à base de glyphosate sont disponibles sur le marché en France et ont fait l'objet d'une demande de renouvellement de leur autorisation. "Par décision de l'Anses, 36 de ces produits vont être retirés du marché et ne pourront plus être utilisés à compter de fin 2020, en raison de l'insuffisance ou de l'absence de données scientifiques permettant d'écarter tout risque génotoxique" (susceptible d'endommager l'ADN et de provoquer des mutations génétiques, NDLR), indique-t-elle dans un communiqué.  

Suite au prolongement pour cinq ans de l'agrément de la substance active par l'Union européenne en 2017, "l'Anses procède au réexamen des autorisations de mise sur le marché des produits à base de glyphosate commercialisés en France et a lancé une évaluation comparative avec les alternatives disponibles", rappelle l'Agence. Mais sans attendre la fin du processus en cours, "l'Agence a notifié le retrait des autorisations de 36 produits à base de glyphosate". Pour des raisons identiques, elle "a notifié une décision négative pour 4 des 11 nouvelles demandes d'autorisation déposées depuis janvier 2018 et en cours d'examen".   

Trois quarts des tonnages

Ces 36 produits représentaient en 2018 "près des trois quarts des tonnages de produits à base de glyphosate vendus en France", selon l'Anses. L'évaluation des dossiers de demande d'autorisation déposés par les entreprises souhaitant renouveler ou obtenir une mise sur le marché de produits à base de glyphosate "a été spécifiquement renforcée en 2017 suite à la réévaluation de la substance active, avec davantage d'exigences impliquant la fourniture de données supplémentaires concernant les risques pour la santé et l'environnement, notamment en matière de génotoxicité de l'ensemble des composants des produits", selon l'Anses.   

"Ces nouvelles dispositions requièrent des études spécifiques menées selon des méthodes standardisées et robustes", assure l'Anses qui "poursuit l'examen des demandes d'autorisation et de réautorisation de produits à base de glyphosate". "Seuls les produits à base de glyphosate répondant aux critères d'efficacité et de sécurité définis au niveau européen (...) et ne pouvant pas être substitués de façon satisfaisante, bénéficieront in fine de l'accès au marché français", ajoute l'Anses, qui finalisera l'ensemble du processus d'évaluation "d'ici le 31 décembre 2020".    

Sur le même sujet

Commentaires 11

Baba

Je ne sais pas comment va faire la SNCF sans glyphosate ?
A moins qu'elle recycle ses salariés sous employés et ses retraités "bénévoles" à entretenir les lignes.

Playmobil, en avant les histoires!

Pour vous Plein Champ:
https://www.facebook.com/semaineverte/videos/579203559569600/

rom50

Prudence pour dénoncer le soja du groupe avril sans que cela ne retombe encore sur la viande produite avec des ogm et du glyphosate et donc l'élevage industriel. Mais d'accord. Il faut réfléchir à quels actions pour y arriver en protégeant les agriculteurs qui ne peuvent pas contrôler se que font les fabricants. ou quand comment? il faut que l'on apporte la preuve que la motivation financière n'est que le seule objectif de se groupe, et qu'ils peuvent perdre. Est-ce possible?

alex

un gouvernement gribouille envers les paysans.
un retrait camouflé du glyphosate, interdiction de 36 produits à base de glypho, histoire d'éviter les stocks sauvages...
un enfumage sur l'amélioration des retraites agricoles.
des cartes grises sur les veilles machines pour faire rentrer des sous.
une loi egalim qui ne permet pas une hausse significative du prix des productions.
quel mépris des gens

viande

On est tous des chefs d'entreprises ( c'es à dire des décideurs ), si nos animaux mangent des ogm et du glypho importés c'est qu'on ne refuse pas ces aliments là sur nos fermes alors arrêtez de vous plaindre et refusez les livraisons non conformes.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier