Sécheresse : Bruxelles autorise des soutiens aux agriculteurs

 Sécheresse : Bruxelles autorise des soutiens aux agriculteurs

La Commission européenne a autorisé jeudi les Etats membres à aider financièrement les agriculteurs touchés par la sécheresse persistante en Europe et à leur accorder des fonds pour les dédommager des pertes de revenus.

"Je suis très préoccupé par ces développements climatiques prolongés", a expliqué le commissaire à l'Agriculture Phil Hogan dans un communiqué.  "J'ai été en contact avec un certain nombre de ministres des pays touchés pour discuter de la situation et obtenir des évaluations actualisées de son impact", a ajouté M. Hogan. "Comme toujours, la Commission est prête à soutenir les agriculteurs touchés par la sécheresse en utilisant un certain nombre d'instruments, notamment des avances plus élevées, des dérogations aux exigences en matière d'écologie et des aides d'État", a précisé le commissaire irlandais.  

Paiements anticipés  

Les agriculteurs pourront recevoir jusqu'à 70% de leur paiement direct et 85% des paiements au titre du développement rural dès la mi-octobre 2018 au lieu d'attendre jusqu'en décembre pour améliorer leur  trésorerie, a promis M. Hogan. Ils seront en outre autorisés à utiliser les terres normalement mises en jachère pour produire du fourrage pour les animaux, a-t-il souligné. Les Etats pourront enfin indemniser les dommages subis par les agriculteurs sans avoir besoin de demander l'autorisation à la Commission. Une aide d'un montant maximal de 15.000 euros peut être accordée sur une période de trois ans.   

Bien-être animal

La sécheresse persistante et prolongée dans plusieurs pays de l'UE a un impact significatif sur la production de cultures arables, ainsi que sur l'alimentation animale, ce qui pourrait également avoir un impact sur le bien-être des animaux, a observé la Commission européenne. En outre, la réduction du niveau des aliments pour animaux a un impact particulier sur le revenu des éleveurs, car cela augmentera le coût de leurs intrants en cas de pénurie de fourrage plus tard dans l'année, ont souligné les services de M. Hogan.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 15

pecno

arreter d utiliser les matieres premieres pour la boienergie qui pourrais servir aux animaux et qui font flambler les cours il y a assez d autre dechet a valoriser ( les boues de stations les poubelles) on subventionne des systemes qui appauvrisse des agriculteurs au mon de ecologie a plus

DIGUE3942

bruxelles a le droit de vie ou de mort sur nous paysans; c'est bien écrit dans le titre de l'article ....

viking 537

discours de gamins c est bien vrai!!!je ne suis pas pessimiste de nature pourtant trafic aerien x 2 d ici 2035,des millions d hectares dédiees au biocarburant,des energies renouvellables qui pour moi resterons marginales,il n y a qu une solution de + en + utopique le partage du travail des richesses ,amorcer la décroissance,combattre le dérèglement au lieu de s y adapter je rève que les peuples du monde se réveillent et retournent la table.j espère me tromper mais je crains pour nos petits enfants

esclave3

l'etat après avoir imposé le système pac a laissé l'agriculture se faire massacrer par l'opinion car le peuple est envieux des aides et des beaux fendt.
mais peut être qu'avec le réchauffement climatique, les agriculteurs vont être ruiné car dans ce scénario se sera sauve qui peut

esclave2

il n'est pas normal que dans le prix payé aux producteurs le risque climatique n'est pas intégré.
dans ce métier où la météo fait tout, la bonne année doit permettre de passer la mauvaise.
mais dans cette fausse économie de marché, il faut du pain et des jeux pour le peuple confortablement endormi par le politique. un prix raz les paquerettes alors quand vraiment la production est très mauvaise les décideurs en lâchent d'avance, histoire que les paysans, serfs modernes, continuent à se faire exploiter.
de ce point de vue, la sociale démocratie n'a rien apportée de progrès pour les paysans.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier