anonymous

Sécheresse : crispations autour de la méthanisation

Adèle Magnard

Sécheresse : crispations autour de la méthanisation

Plusieurs syndicats s’insurgent de l’utilisation du fourrage pour alimenter les méthaniseurs en cette période de sécheresse. Dans un communiqué du 1er août, la Confédération paysanne demande la publication « rapide » d’un décret visant à interdire cette pratique.

Face au manque criant de fourrage, le gouvernement n’a pas pris de mesures coercitives quant à l’utilisation de cultures pour alimenter les méthaniseurs. C’est ce que regrettent la Confédération paysanne, la Coordination rurale et le Modef. Sur le site du ministère de l’Agriculture, en date du 26 juillet, on peut lire : « Certains agriculteurs ont tendance à broyer les pailles pour les méthaniser car cette pratique permet de créer de l’énergie pour l’exploitation de leur ferme. Le ministre les appelle plutôt à utiliser ces pailles directement pour les litières des animaux étant donné le contexte de sécheresse ». Une réponse qui laisse la Coordination rurale « dubitative ». Le 24 juillet, le syndicat alertait dans un communiqué : « Comme l’an dernier, le prix des fourrages va s’envoler, même si le Ministre demande de limiter les incorporations de paille dans les méthaniseurs ».

Interdire en toutes saisons ? 

« Le MODEF demande l’interdiction des cultures agricoles dédiées à la méthanisation et également une interdiction du broyage de paille et de maïs dans tout le territoire français. Les pouvoirs publics doivent agir pour compenser les pertes importantes dans tous les secteurs », a requis de son côté le Modef le 23 juillet. 

Dans un communiqué du 1eraoût, la Confédération paysanne demande elle aussi l’interdiction d’approvisionner les méthaniseurs avec du fourrage ainsi que « la publication rapide d’un décret pour permettre aux préfets de mettre en œuvre cette interdiction ». La Conf’ est de loin la plus critique sur la pratique de la méthanisation, même hors période de sécheresse. « Les avantages de la méthanisation sont loin d'être avérés, mais les dérives sont déjà bien présentes : détournement de l'usage alimentaire des terres, accaparement des subventions publiques, spéculation foncière, pollutions, épuisement de la matière organique des sols, etc. », alerte-t-elle.

Et de pointer des exemples de ces dérives : « Ici un entrepreneur presse et achète la paille à un prix plus élevé que celui auquel les éleveurs et les éleveuses l’achetaient. Là du maïs vendu à 3000 euros l'hectare sur pied ou encore des exploitations céréalières qui vendent la moitié de leur récolte à des fins de méthanisation ». Le syndicat fait aussi savoir qu’un amendement visant à limiter l’alimentation des méthaniseurs par des cultures en toute saison était présent dans le projet de loi « Energie Climat », voté le 25 juillet en commission mixte paritaire. Cet amendement « n’a pas été voté », regrette la Conf’. 

Sur le même sujet

Commentaires 40

GRAINE6546

On oublie le role de l'agriculture : nourrir la population ! Ors,ce n'est pas en produisant du gaz ou de l'electricité qu'on va nourrir les gens. De plus, que vous le vouliez ou non, tous ces méthaniseurs sont gourmands en "fourrages" et tous ces produits qui finissent dans ces méthaniseurs ne servent pas a nourrir les animaux qui crèvent de faim depuis 3 ans. Aujourd'hui , les hollandais n'hésitent plus a traverser la France pour alimenter leurs methaniseurs et au passage ils surencherrissent le prix des fourrages. Moi,éleveur, je ne peux plus acheter (trop cher pour donner mon lait et ma viande). Que veut on aujourd'hui ? des animaux ou de l'énergie ? Nos politiciens vont devoir choisir … et vite !

causse rouge

la methanisation me laisse perplexe.elle est trés peu expliquée au grand public. il manque un débat clair et objectif avec des chiffres tirés d installations existantes.le GNR utilisé en plus pour faire marcher le système devrait ètre oté de la production de gaz.je me place coté contribuable etne veut pas payer pour des usines a gaz!!!

labourdouar

suite du deuxième commentaire
Alors je suis certain que la future PAC va justement favoriser le boisement d'une part et de l'autre les plantes énergétiques destinées à la méthanisation pour occuper l'espace libéré par l'élevage .Il sera fait en sorte pour que ces activités rémunèrent davantage l'agriculteur que l'élevage ,du moins en théorie

labourdouar

suite du premier commentaire
Quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage alors l'élevage des ruminants multi millénaire est accusé de polluer davantage que l'industrie centenaire et les transports chercher l'erreur .L'élevage va aussi être sacrifié sur l'autel des relations commerciales traité CETA et surtout MERCOSUR car le pouvoir parisien considère qu'il est plus bénéfique d'exporter des automobiles et du numérique pour importer de la viande dont de toute façon la consommation est amenée à s'écrouler en Europe et c'est politiquement voulu .

labourdouar

Je ne sais pas si vous avez compris mais il y aune volonté de marginaliser l'élevage des ruminants en Europe .Pourtant tous les signaux antagonistes devraient vous interpeller ,bilan carbone pour ne pas pénaliser le trafic aérien entre autres ,attaque du milieu médical contre la viande rouge ,une certaine tolérance insidieuse des pouvoir public sur les actions des vegan ,associations financées par les start up de Californie,tolérance de la promotion du loup et de l'ours dans les régions concernées .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier