anonymous

Travail saisonnier agricole: Le Maire souhaite compenser la fin de l'exonération des charges

Travail saisonnier agricole: Le Maire souhaite compenser la fin de  l'exonération des charges

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, s'est engagé jeudi à proposer aux exploitations agricoles touchées par la suppression de l'exonération des charges pour l'emploi de travailleurs occasionnels des "solutions concrètes" afin de compenser la fin de ce dispositif et sauvegarder leur compétitivité.

"Je reste convaincu que nous devons apporter aux travailleurs occasionnels et à toutes les exploitations qui en embauchent régulièrement des solutions concrètes, tout simplement pour être compétitif et garder des exploitations qui soient performantes", a déclaré M. Le Maire lors d'un point presse commun avec son collègue de l'Agriculture, Stéphane Travert. 

Interrogé sur le fait qu'il avait lui-même mis en place cette exonération lorsqu'il était ministre de l'Agriculture (2009-2012), M. Le Maire a répondu que "les dispositifs passent, les problèmes restent". "J'ai mis en place il y a quelques années ce dispositif pour répondre à un problème qui reste entier, c'est celui du coût du travail pour les travailleurs occasionnels, en particulier dans la viticulture ou le maraîchage".

Groupes de travail

"Aujourd'hui, si vous faites pousser des asperges d'un côté du Rhin ou de l'autre, vous allez être confrontés à un problème de coût du travail et quelque soit la qualité des asperges alsaciennes -qui sont exceptionnellement bonnes-, si le coût du travail pour les ramasser est trop élevé, vous n'arriverez pas à les vendre", a souligné M. Le Maire. "Donc, il faut traiter ce problème et je reste convaincu, comme Stéphane Travert, que nous devons apporter une solution concrète à la question des travailleurs occasionnels pour le maraîchage, pour l'arboriculture et pour la viticulture. Si ce n'est pas le TODE (travailleur occasionnel/demandeur d'emploi, NDLR), il va falloir que ce soit autre choses, donc il faut qu'on y travaille ensemble", a-t-il insisté. "Le Premier ministre nous a demandé de réunir des groupes de travail avec les organisations syndicales, mais aussi avec les filières pour pouvoir trouver des outils qui permettront de répondre aux inquiétudes", a indiqué pour sa part Stéphane Travert. 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 10

Moonambel

Souvent les agriculteurs ont de petites exploitations et ne peuvent offrir que du travail saisonnier, indispensable pour eux et la ou les personnes qui viennent d'année en année. Sans exonération de charges, beaucoup d'agriculteurs ne pourront plus les embaucher ils se dégagent un revenu modeste voire pas. Les solutions envisageables sont : hyper mécanisation, réduction de la taille de l'exploitation pour ne plus avoir besoin de salariés. Dans tous les cas, ce sera moins de travail à donner, le travail au noir va se développer et donc il y aura encore moins de cotisations pour la MSA, qui prélève tout de même 48 % du bénéfice des exploitations qui sont au réél simplifié !
A méditer....

agrume856

rebelle 86 le jour ou tu connaitra le marché et tu embauchera tu aura compris .PAS exonération sur les saisonniers 80 pour cent des legumes et fruits ne seront plus vivable en France nous sommes dans un marché européen ton bla bla ne tiens pas la route tu doit avoir la carte du partie …………….

Pagu

Cher Rebelle 86, je ne sais pas ce que vous faites dans la vie et quelle est votre vision du travail en agriculture, quand à moi, employeur j'aimerai bien toucher le coût horaire de mes salariés saisonniers. J'ai la chance d'avoir une équipe compétente dont les membres reviennent chaque saison. Ces derniers ont un style de vie qui leur convient et rassurez vous, ils ont un logement, une famille, se nourrissent convenablement et partent en vacances. Je travaille à leur cotés dans les mêmes conditions. Ce sont des personnes que j'apprécie beaucoup et dont je souligne les compétences. Si leur revenu et leur précarité était ce que vous semblez estimer je suppose que je ne les reverrai pas. Vos remarques peuvent éventuellement s'adresser à l'agriculture allemande qui paye des travailleurs de l'Est à moins de 5 €/h.

Oxmo

Tu devrais prendre la direction d'une exploitation et partager avec les saisonniers. Tu verras, une fois que M Édouard Leclerc et les intempéries seront passés par là, qu'à ce moment là il te restera peut être moins qu'aux saisonniers, et tu te rendras compte que la véritable précarité c'est toi qui l'a connaît. Eux ils feront apero fumette tous les soirs et toucheront le chômage pour compenser les 90h qu'ils leur manquent tous les mois
Bref tu connais pas la vie et tu es juste jaloux de celui qui entreprend quelque chose

rebelle 86

Voila ce qu'on appelle le vrai président des riches. Quand on voit la précarité des travailleurs saisonniers et le train de vie de certains de leurs employeurs, je pense que ces derniers devraient au moins comprendre qu'ils peuvent participés à la survie du régime MSA et ne pas toujours pleurés des exonérations.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires