anonymous

Ceta... moitié fait

Ceta... moitié fait

Dix ans après les premiers pourparlers, une majorité de députés français a ratifié le Ceta, l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada. Les débats qui ont précédé le vote, jusque dans les derniers instants, ont généré de nombreuses interrogations quant aux procédures d’arbitrage, aux impacts environnementaux, aux normes sanitaires ou encore au respect des contingents de viandes bovine et porcine détaxés. Vérités ? Contre-vérités ? Une certitude : l’accord fait l’unanimité contre lui dans les rangs agricoles.

Au Canada, la Chambre des Communes et le Sénat ont ratifié l’accord en 2017. Au sein de l’Union européenne, 13 pays l’ont d’ores et déjà ratifié, tandis que 36 autres assemblées nationales et régionales doivent encore se prononcer. Le refus de ratifier d’un seul des parlements concernés remettrait en cause l’ensemble du processus. En France, le vote sera soumis aux sénateurs à l’automne. L’occasion de prolonger la rumination, sinon de déguster le bœuf canadien, l'application provisoire de l'accord étant effective depuis septembre 2017. En attendant de se faire les dents sur le Mercosur.

Sommaire du dossier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires