La bio en question(s)

La bio en question(s)

Le processus de « céréalisation » sinon de « végétalisation » de l’agriculture, qui n’est pas spécifique à la bio, mais qui prive cette dernière des précieux apports des effluents d’élevage, entame-t-elle la teneur du sol en phosphore disponible, au point d’altérer irrémédiablement la fertilité des sols et les rendements ? Voilà une question, côté production, qui taraude Arvalis Institut du végétal. Autre question cruciale, pour de très nombreuses productions, conduites en bio comme en conventionnel : le cuivre sera-t-il ré-homologué et dans quelles conditions ?

Côté commercialisation, l’offensive de la grande distribution, qui vient de franchir une nouvelle étape avec l’inauguration du premier Marché Bio E. Leclerc, ne va-t-elle pas finir par éroder les marges de producteurs bio, dont le modèle économique réagit peu à la massification ? A cette question, Michel-Édouard Leclerc répond par la négative, promettant de rogner sur ses propres marges. Il faut dire que la grande distribution a... de la marge !

Côté consommation enfin, les produis bio se traduisent-ils par des effets bénéfiques et mesurables sur la santé ? Une étude épidémiologique française, portant sur le cancer, tend à en accréditer la thèse. Mais, de l’aveu des chercheurs, elle doit être confirmée par d’autres investigations.

Quelques questions, non exhaustives. Quelques (partiels) éléments de réponse.

Sommaire du dossier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires